Archives de catégorie : MA COLLECTION

Météo pourrie… j’improvise une montée au Col du Granier depuis St-Baldoph… la météo était encore plus pourrie au sommet !

Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Dimanche 1er août 2021 / 40,4 km / D+ 1021 m / 2h39 / Couvert très nuageux, pluie fine à partir du Pas de la Fosse

Aujourd’hui, j’ai les jambes qui me démangent mais la météo pluvieuse annoncée pourrait bien mettre mes envies à l’eau… La veille, j’ai consulté ma liste des sorties programmées à faire : toutes trop longues, trop loin (notamment du côté de la Chaîne de Belledonne avec Val Pelouse ou le duo Champ-Laurent/Grand Cucheron). Je n’ai pas envie de me taper 4 heures de flotte, donc j’opte pour improviser une sortie courte pour couper la poire en 4. Le col le plus proche ? Ce sera celui du Granier.

Il y a 2 jours, j’ai gravi le Col du Granier depuis Chambéry. Aujourd’hui, ce sera depuis St-Baldoph et ce ne sera pas le même profil ! L’avantage de faire une sortie « courte », c’est que je ne suis pas obligé de pas partir trop tôt, c’est grasse mat’ jusqu’à 7h45 pour un départ à 8h30.

Dès les premiers hectomètres, j’observe la météo qui apparaît très grisâtre mais il ne pleut pas. J’aurais peut-être la chance de faire la sortie au sec d’autant que le Mont Granier est découvert bien que des nuages bouchent le Col du Granier.

Lire la suite

Escapade dans la Chartreuse, un des plus beaux massifs des Alpes !

Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Vendredi 30 juillet 2021 / 70,2 km / D+ 1402 m / 4h12 / Couvert mais nuages hauts, quelques éclaircies et quelques gouttes

La météo est annoncée incertaine pour cette journée avec des éclaircies mais un risque de pluie en début d’après-midi… je n’ai pas trop le choix, il faut que je me lance dans une sortie pour pouvoir réaliser la plus grande partie des objectifs de mon séjour. Ce sera dans le Massif de la Chartreuse que j’ai trop envie de redécouvrir après mon passage en 2017 qui avait été difficile mais qui m’avait laissé voir de merveilleux paysages…

D’autant que le programme est alléchant : Col du Granier, Col de la Cluse, Col du Cucheron (non, ce n’est pas celui que vous croyez…), Col des Égaux et Col de Couz.

La météo n’est pas top à mon départ à 7h30 : le ciel est grisâtre mais la température reste très agréable et les nuages stationnent assez haut pour ne pas masquer les sommets.

Le Col du Granier sera la première ascension au programme. Il y a de multiples variantes pour le grimper, je choisis celle qui part de Chambéry via la D912 appelée aussi Route de Chartreuse. Pour rejoindre le pied du col depuis Challes-les-Eaux, j’emprunte plusieurs pistes cyclables que je connais désormais assez bien (plan dispo ici) qui me guident à Chambéry en se faufilant à travers La Ravoire où je peux admirer le magnifique Mont Granier du côté du Massif de la Chartreuse.

Lire la suite

Revard dans les nuages !

Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Jeudi 29 juillet 2021 / 72,5 km / D+ 1558 m / 4h17 / Belles éclaircies mais nuages au sommet

Après une journée de repos (où j’ai tout de même pu faire une agréable petite sortie de  15 km sur les voies vertes de Chambéry en compagnie de mon épouse), je suis tout frais pour réaliser une nouvelle sortie dans le Massif des Bauges et surtout réaliser une ascension qui me tenait à cœur depuis pas mal de temps : le Mont Revard.

La météo ne semble pas trop mal à mon départ à 7h45 : une température très agréable mais quelques petits nuages accrochés sur les sommets… j’espère qu’ils ne seront pas trop présents au sommet du Mont Revard…

Pour commencer, j’emprunte la voie verte des Planeurs juste à la sortie du camping. Très pratique pour s’échauffer tranquillement et surtout pour observer les 2 sommets emblématiques qui dominent la ville de Chambéry : la Croix du Nivolet et le Mont Peney. Une bonne partie de mon parcours va tourner autour d’eux.

Lire la suite

Double Épine !

Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Mardi 27 juillet 2021 / 65,910 km / D+ 1438 m / 4h10 / Belles éclaircies

Lever 7h, drôle d’horaire alors que je suis en vacances mais j’ai une belle sortie qui m’attend ce matin. Après avoir roulé dans le Massif des Bauges hier, je vais vadrouiller cette fois-ci du côté du Massif du Jura tout proche. Ce sera plus précisément au sein de la Chaîne de l’Épine avec le Col de l’Épine comme objectif principal.

La météo est meilleure qu’hier, pas de nuages accrochés sur les sommets, ce sera beaucoup mieux pour mon reportage photo même si la lumière n’a pas été exceptionnelle à cause de l’environnement un peu « pollué » de Chambéry.

Je dois me rendre dans un premier temps à Cognin, pied de l’une des variantes du Col de l’Épine que je vais grimper. À la sortie de Challes-les-Eaux, je déniche l’entrée de l’une des nombreuses pistes cyclables de Chambéry que je vais découvrir tout au long de mon séjour. Très pratiques pour éviter les abominables voies de circulation qui jalonnent l’agglomération de Chambéry qui est tentaculaire…

Plusieurs pistes cyclables (plan dispo ici) me mènent d’abord à Chambéry en se faufilant à travers La Ravoire où je peux admirer le magnifique Mont Granier du côté du Massif de la Chartreuse. À Chambéry, je suis attentivement mon GPS qui me guide vers Cognin. Il y a aussi pas mal de bandes cyclables qui permettent de rouler assez sereinement sur des boulevards où la circulation est déjà assez forte à cette heure matinale.

Lire la suite

Un bon échauffement au Col de Marocaz

Depuis plusieurs années, c’est la tradition, c’est l’année « Alpes » pour cette année 2021 impaire et le destination choisie n’est pas très loin de Dijon : ce sera Chambéry en Savoie ! À Challes-les-Eaux (camping Le Savoy) plus exactement.

Pour ces vacances estivales d’une durée de 15 jours à cheval entre juillet et août, je réaliserais 10 sorties. En jonglant avec une météo capricieuse et en privilégiant aussi le temps à passer avec mon épouse, j’ai pu grimper une bonne quantité d’ascensions réparties entre le Massif des Bauges, le Massif de la Chartreuse, le Massif du Jura et même le Massif du Beaufortain !

La récolte fut très bonne : 21 cols différents dont un « 2000 », 565 km et 12 720 m de D+ !


Lundi 26 juillet 2021 / 44,660 km / D+ 918 m / 2h45 / Couvert nuageux puis éclaircies

Comme d’habitude depuis plusieurs années, je choisis parmi une liste d’itinéraires préparés en amont, le plus court mais aussi avec une bonne petite difficulté pour réaliser un bon échauffement pour les nombreuses ascensions qui m’attendent tout au long de mon séjour. Cela me permet de voir où j’en suis physiquement, de prendre la température de l’environnement montagneux, de découvrir tranquillement les routes environnantes, bref de me créer quelques repères qui vont me guider dans la gestion de mes efforts.

Aujourd’hui, ce sera le Col de Marocaz (958 m) dans le Massif des Bauges, l’un des cols les plus proches de mon campement à Challes-les-Eaux qui est tout juste située à l’entrée de la Combe de Savoie. Départ tranquille à 8h30 mais la météo n’est pas folichonne, le ciel est couvert et les nuages masquent les sommets environnants, je peste un peu, ça ne va pas être terrible pour mon reportage photo !

Lire la suite

Alpes – La Roche-sur-Foron / Cols des Aravis, des Confins et des Annes

Col des Annes – 1722 m

Vendredi 5 juin 2020

C’est reparti pour un nouveau stage « Alpes4ever » ! Il devient annuel pour la quatrième année et ce durant les mois de mai/juin. Après l’Isère en 2017, la Savoie en 2018,  la Haute-Savoie en 2019, ce sera à nouveau la Haute-Savoie pour cette année. Par contre, il y a une différence de taille avec les années précédentes : je ne serais pas en mode solitaire puisque mon beau-frère Sébastien sera de la partie !

Lire la suite

Alpes – Balcon de Belledonne

Un récit qui était resté longtemps dans les cartons sur une sortie réalisée en juin 2017 sur les pentes du magnifique Balcon de Belledonne.

Col des Ayes sur la route du Balcon de Belledonne.
Dimanche 25 juin 2017 – départ 8h30 – Route / 74 km / D+ 1928 m / 4h58

Après avoir passé une nuit assez agitée avec un orage de folie qui a éclaté vers les 2 heures du matin avec des éclairs qui éclairaient l’intérieur du Coco-Sweet que nous avions loué comme en plein jour (normal avec la canicule de ces derniers jours), lever à 7h pour une nouvelle sortie après celles de vendredi et samedi. J’aide mon épouse à préparer les affaires pour la journée qui va s’organiser de la façon suivante : balade sur le Balcon de Belledonne d’Uriage les Bains à St-Pierre-d’Allevard, moi en vélo, ma femme en voiture et en mode geocaching.

Lire la suite

Retour [8/8] sur mon séjour alpin à Embrun en août 2019

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :

  • Sortie 1 : La Montagne – le Villaret – 976 m
  • Sortie 2 : Station des Orres – 1650 / 1800 m
  • Sortie 3 : Col de la Coche – 1791 m
  • Sortie 4 : La Montagne – les Gendres – 1581 m
  • Sortie 5 : Col du Parpaillon – 2637 m
  • Sortie 6 : Les Gourniers – 1505 m
  • Sortie 7 : Col Agnel – 2744 m
  • Sortie 8 : Col d’Izoard – 2360 m

Col d’Izoard

Vendredi 23 août 2019

J’ai déjà grimpé le Col d’Izoard par le versant Sud depuis Guillestre il y a 14 ans en 2005. Le temps passe et ça fait un bon moment que j’avais envie de découvrir l’autre versant depuis Briançon de ce col magnifique. Je n’allais pas être déçu.

Lire la suite

Retour [7/8] sur mon séjour alpin à Embrun en août 2019

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :

  • Sortie 1 : La Montagne – le Villaret – 976 m
  • Sortie 2 : Station des Orres – 1650 / 1800 m
  • Sortie 3 : Col de la Coche – 1791 m
  • Sortie 4 : La Montagne – les Gendres – 1581 m
  • Sortie 5 : Col du Parpaillon – 2637 m
  • Sortie 6 : Les Gourniers – 1505 m
  • Sortie 7 : Col Agnel – 2744 m
  • Sortie 8 : Col d’Izoard – 2360 m

Col Agnel

Col Agnel – 2744 m, second col le plus haut des Alpes.

Mercredi 21 août 2019

Aujourd’hui, c’est une journée spéciale à deux titres : d’abord, c’est journée balade pour la famille, moi en vélo et ma femme et mes 2 enfants qui vont me rejoindre en voiture pour le pique-nique. C’est une petite tradition à chaque séjour dans les Alpes. Par exemple, en 2017, c’était à l’occasion de mon ascension du Col de l’Iseran. L’autre titre est que je vais grimper le Col Agnel, second col routier le plus haut des Alpes françaises selon les termes présentés sur cette page wikipedia.

Sur les premiers de la liste, les cases sont en partie cochées :

  1. Iseran (2764 m) : 2 fois
  2. Agnel (2744 m ) : à faire
  3. Bonette (2715 m) : 1 fois
  4. Galibier (2645 m) : 3 fois
  5. Izoard (2361 m) : 1 fois et bientôt 2 , deux jours plus tard
  6. Lombarde (2350 m) : à faire
  7. Cayolle (2326 m) : 1 fois
  8. Loze (2304 m) : à faire
  9. Allos (2250 m) : 2 fois
  10. Petit-Saint-Bernard (2188 m) : 1 fois

Pour réaliser cette longue sortie, il m’a fallu jongler avec la météo qui n’a pas été idéale cette semaine. Ce mercredi présentait une des meilleures garanties avec éclaircies annoncées la journée et risques d’orages en fin d’après-midi. Je n’avais aucune envie de me retrouver sous la pluie ou un orage à plus de 2000 m d’altitude et de voir aussi le pique-nique tomber à l’eau !

La logistique n’est pas facile. Depuis Embrun, la route est longue jusqu’au Col Agnel avec près de 68 km… il me faut partir tôt et essayer de tenir l’objectif de se retrouver au Col d’Agnel pour le pique-nique. Cela n’allait pas se passer tout à fait comme prévu…

Départ 8h, j’aurais peut-être dû partir plus tôt… j’ai environ 5 heures pour rallier le Col Agnel distant de 67 km. La plupart diront que ce n’est pas grand chose mais pour ma part, en montagne, c’est beaucoup car elle réserve bien des surprises avec la météo, le relief, la forme du moment etc. De plus, comme je suis assez contemplatif, il faut ajouter les nombreux micro-arrêts pour les photos qui s’ajoutent à mon temps de parcours.

Lire la suite

 

Retour [6/8] sur mon séjour alpin à Embrun en août 2019

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :

  • Sortie 1 : La Montagne – le Villaret – 976 m
  • Sortie 2 : Station des Orres – 1650 / 1800 m
  • Sortie 3 : Col de la Coche – 1791 m
  • Sortie 4 : La Montagne – les Gendres – 1581 m
  • Sortie 5 : Col du Parpaillon – 2637 m
  • Sortie 6 : Les Gourniers – 1505 m
  • Sortie 7 : Col Agnel – 2744 m
  • Sortie 8 : Col d’Izoard – 2360 m

Les Gourniers

En direction des Gourniers en passant par Réallon.

Lundi 19 août 2019

8h15 – j’attaque la 6ème sortie de mes vacances estivales à Embrun. Les prévisions météo de la semaine à venir ne sont guère encourageantes. Beaucoup d’orages sont prévus et ça, ce n’est pas bons du tout quand on se trouve à plus de 1000 mètres d’altitude. J’ai regardé ma liste de courses, ce sera les Gourniers, un des mes objectifs qui me tenait à cœur.

Les Gourniers ?! C’est quoi ce coin ? Ce n’est même pas un col ou une montée connue ! Pas de problème : j’aime les ascensions inédites qui me permettent de découvrir des lieux méconnus. D’ailleurs, l’ascension de La Montagne – Les Gendres réalisée quelques jours plus tôt était une bonne surprise. Pour les Gourniers, je n’allais pas être déçu en découvrant le bout du monde d’un vallon qui pénétrait un peu à l’intérieur du Massif des Écrins. Une autre bonne occasion se présentait à moi : revenir sur une partie des  traces que j’avais laissées en 2005.

Lire la suite