Retour [7/8] sur mon séjour alpin à Embrun en août 2019

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :

  • Sortie 1 : La Montagne – le Villaret – 976 m
  • Sortie 2 : Station des Orres – 1650 / 1800 m
  • Sortie 3 : Col de la Coche – 1791 m
  • Sortie 4 : La Montagne – les Gendres – 1581 m
  • Sortie 5 : Col du Parpaillon – 2637 m
  • Sortie 6 : Les Gourniers – 1505 m
  • Sortie 7 : Col Agnel – 2744 m
  • Sortie 8 : Col d’Izoard – 2360 m

Col Agnel

Col Agnel – 2744 m, second col le plus haut des Alpes.

Mercredi 21 août 2019

Aujourd’hui, c’est une journée spéciale à deux titres : d’abord, c’est journée balade pour la famille, moi en vélo et ma femme et mes 2 enfants qui vont me rejoindre en voiture pour le pique-nique. C’est une petite tradition à chaque séjour dans les Alpes. Par exemple, en 2017, c’était à l’occasion de mon ascension du Col de l’Iseran. L’autre titre est que je vais grimper le Col Agnel, second col routier le plus haut des Alpes françaises selon les termes présentés sur cette page wikipedia.

Sur les premiers de la liste, les cases sont en partie cochées :

  1. Iseran (2764 m) : 2 fois
  2. Agnel (2744 m ) : à faire
  3. Bonette (2715 m) : 1 fois
  4. Galibier (2645 m) : 3 fois
  5. Izoard (2361 m) : 1 fois et bientôt 2 , deux jours plus tard
  6. Lombarde (2350 m) : à faire
  7. Cayolle (2326 m) : 1 fois
  8. Loze (2304 m) : à faire
  9. Allos (2250 m) : 2 fois
  10. Petit-Saint-Bernard (2188 m) : 1 fois

Pour réaliser cette longue sortie, il m’a fallu jongler avec la météo qui n’a pas été idéale cette semaine. Ce mercredi présentait une des meilleures garanties avec éclaircies annoncées la journée et risques d’orages en fin d’après-midi. Je n’avais aucune envie de me retrouver sous la pluie ou un orage à plus de 2000 m d’altitude et de voir aussi le pique-nique tomber à l’eau !

La logistique n’est pas facile. Depuis Embrun, la route est longue jusqu’au Col Agnel avec près de 68 km… il me faut partir tôt et essayer de tenir l’objectif de se retrouver au Col d’Agnel pour le pique-nique. Cela n’allait pas se passer tout à fait comme prévu…

Départ 8h, j’aurais peut-être dû partir plus tôt… j’ai environ 5 heures pour rallier le Col Agnel distant de 67 km. La plupart diront que ce n’est pas grand chose mais pour ma part, en montagne, c’est beaucoup car elle réserve bien des surprises avec la météo, le relief, la forme du moment etc. De plus, comme je suis assez contemplatif, il faut ajouter les nombreux micro-arrêts pour les photos qui s’ajoutent à mon temps de parcours.

Lire la suite

 

2 réflexions sur « Retour [7/8] sur mon séjour alpin à Embrun en août 2019 »

  1. Salut Joris 🙂

    Je n’avais pas encore pris le temps de lire ton récit du col Agnel que j’attendais avec impatience !! Je me suis délecté !!

    Quand j’avais remonté les gorges du Guil en 2014 je n’avais pas eu le panneaux d’interdiction et la voie cyclable obligatoire, j’aurais bien aimé les avoir car je me souviens du gros stress que j’avais à l’amorce des tunnels que je prenais à bloc du coup pour passer le moins de temps possible dedans.
    Le paysage de cette ascension est fabuleux, j’en garde un super souvenir, j’en avais aussi un peu bavé dans les derniers lacets, mais ça devait être juste passager car ensuite j’étais allé à l’Izoard dans la foulée et ça avait été.

    J’ai l’impression que le col Agnel attire plus facilement que d’autres les nuages à son sommet car moi non plus je n’avais pas pu voir le Mont Viso alors qu’en suivant le paysage était dégagé sur l’Izoard.
    Un peu comme l’Aubisque ici qui est plus souvent dans la brume que d’autres cols.

    En tout cas j’ai adoré voir tes photos !! Et bravo pour l’ascension !! 🙂

    1. Salut Idris !

      Oui, c’était une superbe ascension, dommage quand même que je n’étais pas dans une grosse forme.
      J’aimerais bien un jour découvrir le versant italien qui doit être sûrement plus varié au niveau des paysages.
      Dans tous les cas, ça été beaucoup mieux quand j’ai fait l’Izoard (depuis Briançon) 2 jours après (oui, il me reste un récit à faire !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.