Alpes – Embrun / La Montagne – Le Villaret

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :


La Montagne – Le Villaret

Piégé par un orage !

Lundi 12 août 2019

J’ai débuté mon séjour à Embrun la veille et j’ai hâte de me lancer dans mes premières ascensions alpestres. Mais la météo capricieuse de ce lundi 12 août faite de courtes averses orageuses retarde mon projet. À 16h30, j’entrevois une belle éclaircie, hop – le vélo étant déjà prêt – je saute sur mon destrier et c’est parti pour une montée inédite que j’ai tracée au hasard sur mon créateur d’itinéraire. Depuis le Camping des Grillons où je suis basé (sur la D340 à proximité de Baratier), la sortie est courte avec 34 km. Un joli dénivelé positif de 961 m allait me dérouiller d’entrée pour ce séjour alpin et me permettre d’atteindre un point haut situé à 1591 m et que j’appellerais La Montagne – Les Gendres. Autre précision, cette ascension se situe sur les pentes du Pouzenc (2898 m) au Sud du Lac de Serre-Ponçon. Elle fait partie des ascensions « découvertes » que j’avais programmées pour mon séjour. Mais elle n’allait pas se dérouler comme je l’aurais souhaité…

Du Camping des Grillons jusqu’à Picomtal

Je dois effectuer une première partie – 4,4 km – pour rejoindre l’ascension à proprement dite qui démarre à Picomtal. Une légère montée me mène à Baratier puis je vais suivre une petite route très plaisante qui me garde sur les hauteurs du Lac de Serre-Ponçon. Puis cette dernière plonge brutalement vers Picomtal. Picomtal est l’un des hameaux qui constituent la commune de Crots. Un joli château domine le hameau.

Belle éclaircie sur le lieu de mon ascension mais des nuages noirs guettent…

 

L’un des sommets marquants au-dessus de Baratier.

 

À Baratier, je débusque une toute petite route qui va me mener à Picomtal.

 

Des orages grondent de l’autre côté du Lac de Serre-Ponçon.

 

J’ai tout de même droit à une belle vue sur les sommets environnants au-dessus d’Embrun.

 

Sur la petite route entre Baratier et Picomtal.

 

Vue sur le Lac de Serre-Ponçon en direction de Savines-le-Lac.

 

Le Château de Picomtal.

De Picomtal au Villaret et orage !

Je vais désormais attaquer l’ascension de La Montagne – Les Gendres. Comme vous pouvez le voir sur le profil ci-dessous, elle n’est pas si facile que cela avec 10,9 km à… 7% de moyenne. Comme je démarre du centre de Picomtal, je me retrouve direct dans un petit raidard de 150 m à 13% ! La brusque rupture de pente fait chauffer rudement les mollets mais heureusement, j’ai toute la fraîcheur nécessaire pour franchir ce petit obstacle imprévu (je n’avais pas réalisé de profil auparavant).

Un virage à droite permet de suivre un premier lacet avec une déclivité beaucoup plus abordable et très régulier à 7,5/8%. Jusque là, tout va bien mais je n’ai pas le temps de me réjouir… le soleil disparaît soudainement, de gros nuages noirs s’amoncèlent au-dessus de ma tête et en m’élançant vers le second lacet, quelques gouttes commencent à tomber… oh noonnnn ! Je continue encore quelques hectomètres jusqu’à l’entrée du hameau du Villaret (976 m) en espérant que ça se calme mais un gros roulement de tonnerre accompagné d’une pluie qui commence à bien s’intensifier… Je me précipite sous un bouquet de noisetier situé sur le bord de la route. C’est le seul abri disponible dans l’immédiat mais la fortune sera avec moi car les larges feuilles des noisetiers m’ont suffisamment protégé du passage orageux qui a duré un bon quart d’heure.

Centre de Picomtal, je fais face au petit raidard de 150 m à 13% (ça ne se voit pas beaucoup sur la photo).
Orage à 976 m d’altitude.
Bien à l’abri sous les feuilles !

La pluie s’arrête peu à peu. Je sors de mon abri et jette un coup d’œil… impossible de continuer, l’orage gronde encore sur les lieux de mon ascension. Je n’ai absolument pas envie de me prendre une saucée jusqu’au sommet puis de me lancer dans une descente glaciale ! De plus, pas de prise de risque, c’est l’anniversaire du fiston et il ne faut absolument pas le rater !

Demi-tour, je redescends prudemment sur Picomtal car la route est bien trempée. Du coup, comme ce n’était pas prévu que je repasse par ce lieu, je vais quand même m’offrir un nouveau raidard de 500 m à plus de 10% à la sortie de Picomtal en remontant vers Baratier. Dans un court lacet, mon clinomètre est tout de même monté à près de 14% sur quelques mètres.

Château de Picomtal en retournant à mon point de départ.

Une fois à Baratier, je me laisse glisser tranquillement jusqu’au Camping des Grillons sans reprendre une autre averse mais pas de regrets, le ciel est bien bouché. Petite sortie mitigée avec 14 km et 357 m de D+ mais une chose est sûre, je me dis que j’en ai pas fini avec cette ascension… Je me console en me disant que Météo France a annoncé une belle journée pour demain et j’ai déjà décidé que ce sera l’ascension de la Station des Orres qui sera au programme.

Sinon, si vous voulez voir la suite de cette ascension que j’ai réalisée lors de ma quatrième sortie, c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.