Vosges – Sortie n°2

Col du Haut de la Côte (versant Ouest)
Col de Grosse Pierre (versant Ouest)
Col de La Croix des Moinats (versant Est)
Col de Menufosse
Col du Haut de Fouchure
 (versant Sud)

26 juillet / Distance 39,7 km / D+ 970 m

Après 1 journée de coupure, Seb et moi étions impatients de reprendre nos vélos. Un programme alléchant allait pimenter notre sortie : pas moins de 5 cols à gravir.

Départ matinale de Rochesson en direction des Bas-Rupts qui se trouve au-dessus de Gérardmer. De Rochesson, nous commençons à grimper la partie commune des cols du Haut de la Côte et de Grosse Pierre. Durant 3,5 km, ce n’est qu’un faible faux-plat ascendant qui permet de bien s’échauffer puis à la sortie du hameau des Truches, les choses sérieuses commencent avec une déclivité comprise entre 4 et 6%,(avec un petit pic à 6,5% sur 500 m) durant 3 km jusqu’aux Bas-Rupts (752 m).

Contrairement au col voisin de Sapois, la route serpente agréablement et permet de relancer le rythme. Aux Bas-Rupts, un croisement propose 2 directions, à droite – le col de Grosse Pierre, à gauche – le col du Haut de la Côte. Nous prendrons la direction de ce dernier, ne restant plus qu’1 km pas trop difficile (5% de moy.).Le 1er col de cette sortie est épinglé à notre tableau de chasse : le col du Haut de la Côte à 799 m (de Rochesson, 7,4 km à 3,5% de moyenne pour 257 m de dénivelé).

L’endroit n’est pas très sauvage, étant encadré par des Hôtels-Restaurants. L’autre versant permet de joindre rapidement Gérardmer. Bien entendu, son ascension est prévue pour une autre sortie !

Nous faisons donc demi-tour jusqu’aux Bas-Rupts pour enchaîner avec la seconde partie du col de Grosse Pierre.

Aux Bas-Rupts, il y a une légère descente mais c’est pour mieux remonter ! En effet, la route se cabre brusquement à 9% durant 500 m. Juste après cette difficulté, on peut jeter un coup d’oeil à droite et avoir une belle vue sur la vallée de Rochesson.

On peut reprendre notre souffle car la déclivité repasse à 7,5% puis à 6% après 1 km depuis les Bas-Rupts. Ce sera le même pourcentage pour le km suivant,ce qui permet d’adopter un rythme régulier et de profiter de ce col assez sympa avec ses bordures en bois.

Le revêtement est très roulant, ce qui permet d’accélérer la cadence car le dernier kilomètre présente une pente moyenne qui passera de 5 à 3,5%.

Le second col de cette sortie est avalé à belle allure : le col de Grosse Pierre à 954 m d’altitude – version IGN – et à 955 m version DDE ! Des Bas-Rupts, 3 km à 6% de moyenne pour 185 m de dénivelé. L’endroit est occupé par un resto, un vaste parking et 2-3 installations touristiques. Un petit lac rehausse un peu le panorama un peu décevant par rapport à la qualité touristique de la montée.

Nous basculons sur le versant Sud du col et nous profitons de bons bouts droits pour réaliser une belle descente vers La Bresse.

Nous ne descendrons pas tout en bas car le croisement (alt. 690 m) avec le col de la Croix des Moinats se trouvent à 1 km du point de départ (alt. 650 m).Nous « zapperons » donc les 50 mètres de dénivelé pour filer sur une route qui se redresse à 4% sur 500 m puis redonner un coup de pédale sur 500 nouveaux mètres à 5,5%.

La vue sur la vallée qui va de La Bresse à Cornimont est sublime. Nous en profiterons d’autant plus que la pente décline pour devenir quasi régulière à 4% (juste une petit pic à 5% avant le dernier kilomètre).

Seb adore ce type de pourcentage pas trop dur et nous adoptons une belle moyenne pour cette ascension. Pour moi, je désespère un peu, adorant les grosses pentes, j’allais être servi quelques kilomètres plus loin…

Le troisième col est accroché dans notre vitrine : le col de la Croix des Moinats à 890 m (4,9 km à 4% de moyenne pour 200 m de dénivelé).

Le lieu est beaucoup plus plaisant que les 2 précédents cols. Pas d’habitations touristiques mais un monument en forme de talus est dédié à la mémoire des Goumiers marocains qui ont combattu sur ces terres durant la Seconde Guerre mondiale.

Il existe 2 autres versants de ce col : le versant Ouest qui part de Vagney (alt. 406 m) pour 9 km de montée à 5,5% mais avec de nombreux passages à plus de 7%… l’autre versant – Sud – part de Cornimont (alt. 511 m) pour 5,3 km à 7% de moyenne, un petit costaud celui-là surtout avec 2 passages de 500 m à enchaîner à 8,5% puis à plus de 10%.

Nous basculons sur le versant Ouest (direction Vagney) du col de la Croix des Moinats pour ne dévaler qu’un tout petit kilomètre juste avant le tout petit village de Presles (alt. 829 m) pour attaquer le 4ème col de notre sortie : le col de Menufosse.

L’ascension de ce col fût une autre partie de plaisir que les précédents : court – 1,5 km – mais intense avec 137 m de dénivelé à 9% de moyenne ! Mon clinomètre a affiché un passage à 14%…

Là aussi et mieux encore, le col de Menufosse, situé à 966 m d’altitude est très nature. Pour cause, il ne possède qu’un seul versant routier, le point final servant de base de départ à de multiples randonnées pédestres ou pour VTT vers le sommet de « La Piquante Pierre » (alt. 1008 m) ou bien vers sur les reliefs de la Forêt de Noire Goutte qui surplombe les vallées de Cornimont/La Bresse et de Rochesson.

Ce versant goudronné existe aussi par le fait que c’est une voie d’accès pour les exploitations forestières qui sont très nombreuses dans les Vosges. Au cours de nos multiples sorties, on a pu constaté que de nombreuses voies goudronnées (assez bien entretenues dans l’ensemble) comme le Ventron, Plainfaing, la RF des 17 km, etc. ne menant en fait à pas grand chose n’existent que grâce aux exploitations forestières. J’en ai bien profité en tant que cyclogrimpeur et ça n’a été que du bonheur !

Retour sur la route du col de la Croix des Moinats et direction Planois (alt. 664 m), 2,5 km plus bas pour attaquer le dernier col de notre sortie : le col du Haut de Fouchure.

La direction du col n’est pas très bien indiquée et nous nous égarons sur les hauteurs de Planois sur des pentes qui s’inclinent aimablement dans les 9/10%. Après renseignement auprès d’un gentil monsieur, il nous faut redescendre un peu pour reprendre la bonne direction.

Mais la pente se cabre sur une route très étroite… mon clinomètre s’affole : 500 mètres à 10,5% dont un passage à 18% !!! Ouch, c’est un peu dur mais ça passe. Nous sommes récompensés par la très belle vue que nous offre le col du Haut de Fouchure à 802 mètre d’altitude (depuis Planois, 1,7 km à 8% de moyenne pour 138 m de dénivelé).

De l’autre côté, 2 routes mènent à la commune de Gerbamont. Nous prenons le versant Nord mais le descendons à faible allure car la route est défoncée et recouverte de nombreux gravillons qui rendent chaque courbe assez dangereuse. J’ai pu constaté quand même que la montée était assez redoutable : 4,3 km à 7,5% de moyenne. Sa soeur jumelle, le versant Ouest, en rajoute une couche : 3,8 km à 8,5% dont un passage de 500 mètres à plus de 12% !!!

Nous bouclons cette très belle sortie en joignant rapidement Rochesson.

Mais nous pensons déjà à la prochaine qui sera d’un tout autre acabit avec le Petit Ballon et le col de Platzerwasel !


1er col de notre sortie : le col du Haut de la Côte (alt. 799 m).


Seb, au pied du second col.


Le soleil n’est pas trop au RDV,
on voit boucoup de nuages en arrière-plan.


3ème col.


Au fait, j’en suis à combien de cols depuis mes débuts ?!


Le monument en forme de talus est dédié à la mémoire
des Goumiers marocains qui ont combattu sur ces terres
durant la Seconde Guerre mondiale.


Les derniers mètres du versant Est.


Les derniers mètres du versant Ouest.


Le col de Menufosse.


C’est aussi le plus haut de notre sortie avec ses 966 mètres.


Les derniers mètres du col.


Un abri pour randonneurs en cas d’orage.


Le chemin qui mène à « La Piquante Pierre » (alt. 1008 m).


Les derniers mètres du col du Haut de Fouchure,
ouch c’est raide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.