Vosges – Chaume du Rouge Gazon

Chaume du Rouge Gazon

3 juin / Distance 35 km / D+ 607 m

Initialement, j’avais prévue de grimper le Drumont (alt. 1150 m) mais cette montée sèche avec de gros pourcentage m’ont fait changer de stratégie. Ne voulant pas trop gaspiller des forces pour les 2 grosses sorties suivantes, je me suis rabattu sur l’ascension de la route Nord de la Chaume du Rouge Gazon (alt. 1070 m) que j’avais reconnue la veille en voiture. Son profil régulier allait me permettre de faire une sortie assez tranquille. De plus, c’était l’occasion de réaliser une ascension un peu méconnue des cyclos (sur le web, il n’y a pas grand chose), cette dernière étant sous-estimée par rapport à ses voisines plus prestigieuses : le Ballon d’Alsace et le Ballon de Servance, voir le Drumont.

Départ en milieu de matinée sous un joli soleil. Je joints rapidement St-Maurice-sur-Moselle (alt. 553 m), point de départ de l’ascension du Rouge Gazon (alt. 1070 m), soit 11,4 km pour une pente moyenne de 5% et 552 m de dénivelé.

La première partie – 3,5 km – se déroule sur une route bordée d’habitations  et de petites entreprises et qui longe le large Ruisseau des Charbonniers. La pente est assez douce – entre 2 et 3,5% – et permet de s’échauffer tranquillement. Arrivé au hameau des Charbonniers (alt. 664 m), il faut prendre une route qui bifurque brusquement à gauche pour emprunter la route Nord. La route Sud est une route forestière que j’emprunterais au retour.

La pente s’est accentuée – entre 5 et 7% – et la route serpente agréablement avec plusieurs passages en forêt, ce qui permet de goutter à une ombre rafraîchissante. Il est possible d’avoir plusieurs points de vue assez sympas sur St-Maurice et les contreforts du Ballon d’Alsace (on peut apercevoir la Jumenterie qui se trouve dans les derniers km de l’ascension).

Au km 6,5, il faut suer un peu sur une portion de 1 km avec une pente moyenne comprise entre 9 et 10,5 %. Puis s’ensuit 3 kms sur une pente comprise entre 6 et 7,5% (avec un petit replat de 500 m à 1%). Le dernier km (3%) est vite avalé et on débouche sur le vaste parking de la Chaume du Rouge Gazon.

L’endroit est charmant et permet d’avoir de jolis vues sur la « Tête du Rouge Gazon » (alt. 1186 m), la « Tête des Perches » (alt. 1222 m) et la « Haute Bers » (alt. 1252 m).

Pour ma part, je me sens en pleine forme, une fois de plus, j’ai gardé le 2ème plateau, ce qui me surprend car je n’ai jamais eu un gros moteur dans les jambes… mais allais-je le payer lors de la première grosse sortie prévue demain ?

Afin de ne pas reprendre tout à fait le même chemin, je décide d’emprunter la route Sud. Comme je l’avais déjà énoncé plus haut, c’est une route forestière qui se trouve sur la pente Nord du Ballon d’Alsace. La route – assez étroite – est goudronnée mais le revêtement est assez abimé. De plus, elle est souvent encombrée de branches mortes et parfois, la mousse a envahie une partie de la chaussée. Idéale pour les vététistes mais cette route peut être quand même aisément empruntée en vélo de course… en montant ! En effet, j’ai un peu serré les fesses dans la descente ! Mais ce serait sympa à faire en montant car elle offre des pourcentages assez impressionnants !

La route débouche au hameau des Charbonniers et j’entame donc un retour peinard à Bussang. Mon beau-frère arrive ce soir et j’aurais donc repos jusqu’à demain après-midi pour entamer une trilogie des plus fantastiques : Ballon de Servance > Planche des Belles Filles > Ballon d’Alsace !


A St-Maurice-sur-Moselle, point de départ de l’ascension.


Une jolie vue sur St-Maurice et les montagnes alentour.


Un aperçu des contreforts du Ballon d’Alsace,
derrière le Ballon de Servance.


Le panneau indiquant l’altitude mais il reste encore 100 m
qui monte encore à 3/4% jusqu’au parking.


Le restaurant (qui fait aussi gîte)
de la Chaume du Rouge Gazon.


Les derniers mètres de l’ascension par la route Nord.


La « Tête des Perches » (alt. 1222 m).


Partie gauche du Rouge Gazon…


… et la partie droite (trop large pour mon appareil photo !).


Il y a un petit étang juste un peu en dessous.


Les derniers mètres de la route Sud cette fois-ci.


Un panorama depuis la « Haute Bers » (alt. 1252 m) –
seulement accessible à pied.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *