Notre-Dame d’Étang

Notre-Dame d’Étang (photo Geocapture)

Cette ascension, je dirais plutôt cette escalade, figure parmi les plus dures de Côte-d’Or avec celle de la Roche Aiguë. Un seul chiffre : une pente moyenne à 10% ! Tous les Côte-d’Oriens peuvent être fier d’avoir leur « Petit Colombier » (voir ici) ! Vous avez sûrement jeter un coup d’oeil sur cette statue qui surplombe Velars-sur-Ouche et qui vous lance une invitation à la rejoindre…

Cette terrible ascension a la particularité d’être asphaltée dans sa première partie puis d’être une piste dans sa seconde partie. Je l’ai effectuée par deux fois (en 2010 et 2017) dans son intégralité… avec un vélo de route !

La Cude > Notre-Dame d’Étang

La Cude > Notre-Dame d’Étang
  • Distance : 2,790 km
  • Départ : La Cude — 267 m
  • Arrivée : Notre-Dame d’Étang — 550 m
  • D+ : 283 m
  • % moyen : 10%
  • % maxi : 15% sur 390 m
  • Catégorie : HC

L’ascension est divisée en 2 parties distinctes : une première sur une route asphaltée et une seconde sur une piste forestière.

Le départ se fait à la Cude, petit hameau de Velars-sur-Ouche, qui se trouve coincé entre la montagne et l’autoroute A38. La première partie présente un premier mur avec une portion de 1 km à 11% de moyenne, voilà de quoi bien s’échauffer ! Puis un « replat » de 250 m à 7% vous permettra de souffler et vous mènera à la Rente des Bons Pasteurs, point de départ de la seconde partie.

Amoureux des belles mécaniques où le moindre grain de poussière n’est pas toléré, il ne vous restera plus qu’à faire demi-tour ou bien il faudra opter pour un VTT. Pour les fous, comme moi ;-), enjoy !

La seconde partie démarre sur un parking. C’est en pente bien sûr : 120 m à 5%. Prendre à droite au fond du parking. Attention, vous êtes désormais sur une piste forestière qui est dans un état… très moyen !

Les 100 premiers mètres ne sont pas trop difficiles puis après un virage en épingle à gauche, la déclivité fait un bond terrible : entre 10 et 12% ! Vous pouvez maintenir votre effort – 440 m – jusqu’à un replat salvateur de 135 m à 3% symbolisé par la Croix des Minimes. Puis vous enchaînez dans la partie finale qui ne vous laissera plus aucun répit.

La pente reprend très vite ses droits avec 190 m à 9,5% et 165 m à 8,5% répartis entre une barrière à contourner et 2 courtes épingles.

La piste est parsemée de pierres qu’il faut éviter en zigzaguant, tout en évitant le ravin qui est tout proche. Sur 390 m, la pente a due passer un pacte avec le diable : dans cet enfer, mon clinomètre a quasiment fondu en affichant une déclivité maxi de 18% !!!

Si vous n’avez pas poser pied à terre, vous cracherez vos poumons sur un dernier petit virage à droite qui marque la fin de cette put… d’escalade à 550 m d’altitude !

Après avoir repris vos esprits (oui oui, vous aurez le droit de perdre un peu connaissance !), vous pourrez jeter un coup d’œil sur la magnifique chapelle surmontée de la statue de Notre-Dame d’Étang.

Profitez-en aussi pour aller de l’autre côté de la colline sur la plate-forme de départ des voltiges en parapente (reconnaissable par une énorme bâche fixée au sol) pour vous offrir un sublime panorama sur la vallée de l’Ouche et sur le Mont Afrique tout proche.

Un gros inconvénient pour la descente : vous serez obligé de la faire en partie à pied, en vélo de route, c’est trop dangereux avec la pente et l’état du chemin.

Des infos sur la statue : http://www.notre-dame-detang.fr/