Alpes – Embrun / La Montagne – Les Gendres

Au cours de la deuxième quinzaine d’août 2019, j’ai passé mes vacances à Embrun dans le département des Hautes-Alpes. J’y ai déjà séjourné en 2005 et j’avais eu l’occasion de grimper mes premiers grands cols comme ceux de Vars et d’Izoard. Au bord du Lac de Serre-Ponçon, j’avais gardé le souvenir d’une belle météo et d’ascensions mémorables.

J’avais préparé une quinzaine de parcours me permettant de chasser de nombreux cols mais une petite lassitude physique, une météo un peu aléatoire en deuxième semaine, la volonté de passer du temps en famille et une situation logistique un peu contraignante m’ont obligé à faire des choix et à limiter mon temps vélo à seulement 8 sorties. J’ai réalisé au total en vélo de route et VTT, 408 km, 10 500 m de D+ et franchi 6 cols différents. J’ai quelques petits regrets mais j’ai tout de même pu accomplir mes grands objectifs et ils ont été magnifiques : Col du Parpaillon, Col Agnel et Col d’Izoard. Les autres ascensions étaient mineures mais très plaisantes et en accord avec mon désir de découvrir des coins inédits. Je vais vous faire partager toutes mes ascensions dans les pages suivantes :


La Montagne – Les Gendres

Jeudi 15 août 2019

L’avantage d’être en vacances est que l’on peut choisir un peu ses horaires et comme la sortie ne sera pas trop longue, je pars en fin d’après-midi vers 17h30. Cette sortie est un peu particulière car elle a été animée par un petit sentiment de revanche.

En effet, j’ai décidé de repartir à l’assaut de cette ascension qui a été interrompue par un orage lors de ma première sortie : La Montagne – Les Gendres. C’est que je n’aime pas quand le travail n’est pas fini ! Cette fois-ci, le beau temps est bien au rendez-vous et la température est parfaite avec un 26-27°C des plus acceptables.

Du coup, je connais parfaitement le début de mon parcours que vous pouvez découvrir dans le compte-rendu de ma première sortie. Me voilà sans encombre au niveau du hameau du Villaret où je vais pouvoir enfin découvrir la suite de l’ascension.

Suite de l’ascension à partir du Villaret- alt. 976 m.

Il n’en reste encore pas mal à découvrir car je n’avais grimpé que les 2400 premiers mètres sur les 10900 prévus. L’ascension va être très plaisante. D’abord, tranquillité garantie car la D90 dessert une série de petits hameaux dont certains sont construits sur des voies un peu à l’écart de la route principale. C’est pourtant l’heure du « retour des bureaux » mais je n’aurais croisé qu’une petite dizaine de voitures.

La route s’élève grâce à de nombreux lacets – une quinzaine jusqu’au sommet – sur une pente très régulière tournant entre 6 et 8% mais on est toujours en prise, les replats sont très rares. Le décor est champêtre et les vues s’alternent entre celles sur le Lac de Serre-Ponçon et les sommets au Sud. Ces derniers marquent la frontière avec l’Ubaye et offrent quelques petits spectacles avec par exemple le Cirque de Bragousse.

On traverse un premier hameau des Gendres mais ce n’est pas celui du final !
À la sortie de St-Jean, il faut continuer tout droit. Si vous prenez à droite, vous redescendrez vers le Lac de Serre-Ponçon.
L’église de St-Jean. Juste au-dessus, c’est le Mont Guillaume.
Le Gros Ferrant domine le Cirque de Bragousse.
Une ascension pour moi tout seul !

Je me sens bien, cette ascension me convient parfaitement. Le soleil qui commence à amorcer sa phase déclinante, lance de beaux rayons rouge-orangés sur les sommets environnants pour leur donne une atmosphère particulière qui rend magnifique ces lieux un peu coupés du monde malgré la proximité de la civilisation.

J’atteins le hameau de la Montagne, encore un petit effort jusqu’à celui des Gendres et c’est le terminus de l’asphalte à une altitude respectable de 1581 m. La Route Forestière de Grande Cabane prend le relais. Si l’on est équipé d’un VTT, on peut basculer sans difficulté dans la Vallée du Boscodon et faire une boucle.

J’arrive à la Montagne. J’adore ces petits lieux à l’écart du reste du monde.
Les derniers mètres à proximité du hameau des Gendres.
L’asphalte laisse la place à la Route Forestière de Grande Cabane.

Pour ma part, ce sera une courte pause et un demi-tour. Cependant, je vais varier mon retour. Revenu à St-Jean, je vais prendre à gauche la bifurcation qui va me faire redescendre vers le Lac de Serre-Ponçon via Beauvillard. Je vais en profiter pour découvrir cette seconde variante. Elle est très plaisante mais elle présente un passage plus difficile (voir le profil sur mon autre site alpes4ever.com).

Cette belle descente m’a donc déposé au bord de la N94. Le retour sera très facile vers  Embrun, il ne restera qu’une petite montée jusqu’à Baratier à gérer avant de rejoindre mon campement. Voilà une petite sortie de 33 km rondement menée avec tout de même près de 900 m de D+ au compteur. Demain repos avant de m’attaquer samedi à la légendaire montée du Col du Parpaillon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.