Alpes / Savoie – sortie n°2

Col du Mollard – La Cochette – Le Collet
Vue sur les Aiguilles d’Arves au Col du Mollard.

Mardi 1er août / Distance 65 km / D+ 1400 m / 4h03

Lever 7h, argh c’est dur pendant les vacances ! Mais pour la plupart des sorties, c’est départ tôt afin de profiter de la fraîcheur de la matinée et aussi afin de rentrer pour le repas du midi pour profiter des vacances en famille l’après-midi et des autres activités comme le repos, les balades, la piscine ou les visites.

Pour aujourd’hui, je vais grimper au Col du Mollard via Villargondran. Ce col figure déjà à mon tableau de chasse, c’était en 2006 au cours d’une déviation imposée par des travaux dans la première partie du Col de la Croix de Fer. J’avais effectué le versant depuis St-Jean-de-Maurienne.

Villargondran, situé dans la Vallée de la Maurienne, est le point de départ d’une fabuleuse ascension : près de 18 km à 6% de moyenne avec… 45 lacets en moins de 12 km ! Voilà une belle réponse aux Lacets de Montvernier (Col du Chaussy) grimpés la veille !

Comme hier, j’emprunte la Route des Îles qui longe l’A43 jusqu’à Pontamafrey. Mais il y a un fort vent qui descend de la vallée. Cela rend ma progression pénible, avec la bosse juste avant (env. 1 km à 6-7%), je me dis que mes futures sorties qui sont toutes en direction de St-Jean-de-Maurienne vont être un peu compliquées avec ce fond de vallée pas tout à fait plat ! D’ailleurs, entre Pontamafrey et Villargondran, je vais me coltiner trois autres montées non prévues au programme. Résultat, me voilà déjà avec 200 m de D+ pour cette approche de 17 km.

Les lacets sont cachés dans la forêt au-dessus de Villargondran.

Me voilà au rond-point à l’entrée de Villargondran qui marque le départ de l’ascension du Col du Mollard. C’est parti pour une assez longue montée de 18,2 km pour un peu plus de 1000 m de D+ à 6%. J’adopte mon rythme diesel d’entrée et entame une succession incroyable de 45 lacets sur 10 km !

Un cyclo prépare son chrono, moi je suis pas pressé !

Les premiers lacets au-dessus de Villargondran permettent d’avoir de beaux points de vue sur la Vallée de la Maurienne et la masse imposante du Grand Perron des Encombres (2825 m). On peut aussi distinguer en face la route de Montdenis, une des nombreuses « petites » montées qui jalonnent la Vallée de la Maurienne. Ensuite, les lacets s’enchaînent mais sous un couvert forestier, plus de vues mais de l’ombre et une douce température que j’apprécie sans problème.

Panorama disponible dans le lacet au-dessus de Villargondran.
La table d’orientation gauche.
La table d’orientation gauche.
Un des nombreux lacets sur une route correctement asphaltée.
Les Villards marquent la mi-ascension entre Villargon et Albiez le Jeune.
On a parfois quelques vues sur l’Arête des Rocs de Mont Tissot.

Les lacets se grimpent sans trop de difficultés mais la pente reste toujours au-dessus des 6% avec des portions à 7-7,5%. Au bout d’un moment, je connais un petit coup de moue… mais moins que le cyclo équipé d’un VAE qui a tenté de me doubler mais qui est subitement tombé en panne de batterie à cet instant ! Mouah ha ha ha ! Tellement fainéant qu’il a fait demi-tour ! Normalement, on est censé pouvoir pédaler même s’il n’y a plus de batterie ?! Bon moi, mon moteur, il tourne encore et je poursuis mon bonhomme de chemin qui m’emmène enfin à Albiez le Jeune.

Albiez le Jeune, ouf un replat bienvenu.
Fontaine et sympathique garage à vélo !

Petite pause au centre du très joli village d’Albiez le Jeune. Je repars direction Albiez le Vieux. À la sortie du bourg, le paysage se dévoile et il est magnifique ! Vue 180° sur la Grande Chible en passant par les Aiguilles d’Arves, la Toussuire et le Grand Châtelard !

Quelle vue !
On domine la Vallée de l’Arvan.

La route est irrégulière jusqu’à Albiez le Vieux, ça monte et ça descend légèrement puis il y a une terrible rampe d’environ 600 m à plus de 9% qui vous broie un peu le moral et les jambes à quelques encablures d’Albiez le Vieux ! Ma barre de vie diminue, j’appréhende la montée finale vers le Col du Mollard où j’avais été un peu en galère il y a 11 ans de cela. Ouf un nouveau replat suivi d’un léger coup de cul et j’atterri à l’entrée d’Albiez le Vieux.

On distingue bien le Col de la Cochette que je vais chasser un peu plus tard.
La vue plonge aussi vers la Vallée de la Maurienne.
Albiez le Vieux est devenu Albiez-Montrond !
Au-dessus d’Albiez le Vieux, on distingue parfaitement le Col du Chaussy !

Je traverse tranquillement Albiez le Vieux qui est une jolie petite station puis la pente s’accentue à nouveau pour le final du Col du Mollard – 1638 m. Ça passe mieux cette fois-ci malgré les 1,4 km à 8% de moyenne. Avec ce beaux temps, le paysage est magnifique !

Deuxième passage mais avec plus d’expérience !
Col du Mollard – 1638 m.
Panorama côté Nord.

Il y a un joli petit lac et une super photo à faire mais pour cela il faut monter un petit talus à pied. J’en profite pour avaler une barre de céréale et refaire le niveau des bidons (petite fontaine cachée sur le chemin d’accès au lac).

Le fameux petit lac du Col du Mollard.
La Croix du Châtel – 1754 m, qui borde l’un des côtés du Col du Mollard.
On distingue les glaciers des Grandes Rousses.

Demi-tour, je vais entamer ma descente par le versant St-Jean-de-Maurienne. J’ai 2 petits objectifs faciles à atteindre : valider les cols de la Cochette – 1355 m et du Collet – 1150 m qui se trouvent dans cette descente. Le premier se trouve environ à 2,4 km d’Albiez le Vieux. Dans un virage, le petit hameau de la Cochette et son col se trouve à droite. Il faut faire 100 m pour valider le col, ça ne compte pas si vous restez sur la route ! De plus, ce serait dommage, il y a une jolie chapelle à voir.

Je descends plus bas, c’est hard, il ne faut pas s’emballer, il y a aussi pas mal de lacets bien plus ardus que le versant de Villargondran avec de nombreux passages à 8-9%. Je fais une halte-photo pour immortaliser le Collet qui se trouve au sein du hameau du Collet d’en Bas. Pas évident de deviner le col mais en regardant bien la géographie des lieux, c’en est bien un.

En redescendant le Col du Mollard, vue sur la Toussuire et les sommets de la Chaîne de Belledonne.
En redescendant le Col du Mollard, vue vertigineuse sur la Vallée de l’Arvan.
Col de la Cochette – 1355 m.
La chapelle de la Cochette.
Le Collet – 1140 m.

Puis je me retrouve au fond de la Vallée de l’Arvan où je me laisse glisser sur fond plat descendant jusqu’à St-Jean-de-Maurienne. Tout irait bien, mais une chaleur caniculaire et un vent de ouf m’accueillent de face et rendent ce retour un peu pénible. De plus, un coup de cul à l’entrée de St-Jean-de-Maurienne me brûle les cuisses, voilà une façon de me rappeler que c’est seulement ma deuxième sortie en montagne et que les jambes ne sont pas encore accommodées aux enchaînements de gros dénivelés.

Qu’est-ce qu’il fait chaud – 35°C – ça me pompe toute mon énergie. Pour le retour à St-Martin-sur-la-Chambre, je décide de faire simple, je prends la D1006. Finalement, ça ne va pas trop mal, les véhicules s’écartent bien et surtout c’est plat ! En passant à côté de Pontamafrey, j’en profite aussi pour rejeter un coup d’œil sur les Lacets de Montvernier grimpés la veille, je distingue même le rocher qui a servi de spot photo !

Vallée de la Maurienne, Chapelle de Pontamafrey coincée entre l’A43 et la D1006.
Petit coup d’œil sur ma montée d’hier…

J’arrive à la Chambre puis il me reste la courte et pénible montée au camping du Bois Joli à St-Martin-sur-la-Chambre. Avec cette chaleur écrasante, j’ai grimpé ce dernier kilomètre sans ombre à une allure d’escargot ! Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier cette sortie qui a proposé tout de même 1400 m de D+. Demain jour off, je reprendrais après-demain avec une montée légendaire : le Col de la Madeleine via Montgellafrey.