Auvergne – Sortie n°1

Col de la Croix Saint Robert – Station du Mont-Dore –
Col de Guéry – Col de la Croix Morand

Vendredi 14 juillet 2016 – éclaircies – température 17 > 22°C
Distance 63 km / D+ 1391 m

Lever tranquille à 8h, il a fait très frais cette nuit, le soleil se montre avec peine et a du mal à réchauffer ce début de matinée. Je me prépare pour effectuer ma première sortie en Auvergne. Le programme est simple, le Lac Chambon est le pied de 2 des plus beaux cols de la région : le Col de la Croix St-Robert et le Col de la Croix Morand. Cependant, je ne pouvais pas grimper ces cols sans son prestigieux « parrain »… et ce dernier habitait le coin et l’occasion était trop belle de pouvoir le faire en sa compagnie… je l’ai invité… il a accepté ! Mais qui donc ?! Mais de VELOBLAN !!!

Après Idris (VELOMONTAGNE) en 2013 sur les pentes du Col de la Croix de FerGil (L’ANGE BLANC) en 2014 au Mont VentouxBaptiste (C’EST DUR LE VELO) en 2015 au sommet de la Barillette, ce sera Michel pour le cru de cette année !

Derrière VELOBLAN, c’est Michel, que je suis depuis plusieurs années, un cyclo-blogger HORS-NORME. Michel est un fondu de vélo et profite de sa retraite pour sillonner de long en large son Auvergne adorée. Cyclo-grimpeur émérite (30 000 km / 200 000 de D+ / an), des brevets longue distance à la pelle au compteur, il nous fait partager toutes ses chouettes sorties par des photos très sympas, des commentaires plein d’humour et parfois des coups de gueules bien sentis. Il s’est mis au vélo couché ces derniers temps.

8h50, le portable sonne, Michel est à la porte du camping avec 10 minutes d’avance ! Je file l’accueillir. Je le rencontre enfin après de nombreux échanges par nos blogs interposés et aussi une belle série de mails notamment pour son soutien à propos de mon premier BRM200.

Je lui présente ma petite famille et lui offre un café et les croissants. Il refuse ses derniers, pourtant je pensais qu’il aurait un petit creux : il est parti à 6h30, 60 km et déjà près de 1000 m de D+ à son compteur ! Pour ceux qui connaissent le bonhomme, c’est juste un petit échauffement !

Allez c’est parti. Même si je lui ai suggéré le parcours, je laisse mon guide me faire découvrir « ses » routes.

Col de la Croix St-Robert – 1451 m

On file jusqu’à Chambon-sur-Lac qui a la particularité d’être le pied commun des Cols de la Croix St-Robert et de la Croix Morand. Nous prenons à gauche pour attaquer celui de St-Robert. En pénétrant dans la Vallée de Chaudefour par la Plaine de Voissière, je peux m’échauffer tranquillement sur un léger faux-plat montant jusqu’à la Cascade de la Voissière où débute réellement les hostilités.

Profil du Col de la Croix Saint Robert via la Vallée de Chaudefour.
Mini-pause photo à la Cascade de la Voissière.
Cascade de la Voissière (hauteur : environ 10 mètres).

Mini-pause photo mais je connais déjà le lieu étant venu en balade la veille avec la petite famille. J’en ai profité aussi pour reconnaître la montée jusqu’à Montmie. Tout de suite après la cascade, la pente se durcit un peu, rien de bien méchant, dans les 5-6%. Je laisse aussitôt partir Michel devant, je ne cherche pas du tout à suivre son rythme que je sais élevé (tous ses parcours avec dénivelé ne sont pas sous les 25 km/h de moyenne !). Je rigole intérieurement : j’ai 20 ans de moins et je roule bien moins vite que mon « aîné » ha ha ha ! Bon on n’a pas la même « caisse », la mienne n’est d’ailleurs pas programmée pour faire du vélo, je roule souvent en mode « diesel » avec un zeste de moral « warrior » et quand même une bonne dose d’endurance.

J’avoue aussi que cette année, j’éprouve quelques difficultés : je suis souvent fatigué, pas de jus. J’ai comme l’impression d’en avoir laissé une grosse partie l’année dernière (7500 km / 68500 m de D+) et aussi dans l’Ardéchoise qui m’a bien usé quelque part !

Pour ne pas me retrouver avec une quelconque défaillance au cours de cette sortie, je grimpe donc à mon rythme mais Michel ne prend pas pour autant le large car il fera plusieurs pauses pour m’attendre et surtout me montrer les meilleurs spots photos !

Avant Montmie, en se retournant, magnifique panorama sur la Vallée de Chaudefour.

A Montmie, les affaires se calment et même bien puisque la suite consiste en un replat et même une légère descente jusqu’à Monneaux sur une agréable route en balcon qui passe sur le versant opposé de la Vallée de Chaudefour.

Après Montmie, replat et décor sensationnel fait de puys et de rochers.

A Monneaux, la route file à gauche pour le final. En face il y a une autre route qui vient du Col de la Croix Morand et qui permet de faire une variante plus directe du Col de la Croix St-Robert. Je replonge dans mes souvenirs : en 1998, j’étais déjà venu en passer quelques jours en vacances au Lac Chambon. Je ne faisais pas de vélo à l’époque ! Mais je me souviens qu’il avait beaucoup plu et que mon épouse et moi avions mis la seule belle journée pour une balade via le téléphérique au Puy de Sancy, point culminant du Massif Central avec ses 1885 m. On avait aussi réalisé en voiture une boucle Col de la Croix St-Robert > Mont-Dore > Col de la Croix Morand mais elle avait été gâchée par un orage. Le seul souvenir que j’en avais gardé était le final du Col de la Croix St-Robert avec ses fameuses barrières qui nous servaient de guide sous le déluge de l’orage !

Panorama au-dessus de Monneaux. Le Col de la Croix St-Robert est quelque part sur la droite.

Cette fois-ci, j’ai la chance de réaliser cette montée en « vrai » ! La route a été refaite, c’est un vrai billard. Michel m’apprend que c’est pour les besoins d’une course de côte automobile qui a lieu tous les ans depuis… 1961 !

Dans le final, on distingue nettement la route qui mène au Col de la Croix Morand.

La pente est régulière autour des 6%, les lacets en balcon s’enchaînent au milieu de pâturages verdoyants et le paysage est tout simplement magnifique : Col de la Croix Morand au Nord, des Puys en pagaille, le Lac Chambon tout en bas. Michel file toujours une centaine de mètre devant mais fait des pauses pour m’indiquer les plus beaux spots photos !

Michel m’indique au mètre près les plus belles pauses-photos !
Panorama 4 étoiles.
Route large, asphalte nickel au milieu des pâturages, pente à 6%, j’adore !

On passe à côté du Buron du Col de la Croix St-Robert qui a l’air bien accueillant. Il a été restauré en 2013. Michel se promet d’aller visiter sa table très bientôt. Allez sur son site internet, ça a l’air très sympa !

Le Buron de la Croix St-Robert.
Le paysage est grandiose et naturel à 100% !

Je note qu’il y a des panneaux tous les kilomètres depuis Monneaux, ne vous fiez pas aux pourcentages indiqués, ils sont affreusement faux ! Le vaste Plateau de Durbise se tient sur notre gauche, le Col de la Croix St-Robert est atteint dans la foulée à 1451 m d’altitude. C’est le plus haut col cyclable en vélo de route du Puy-de-Dôme. L’endroit est sauvage, pas de cabanes à frites ou de magasins de babioles qui polluent le paysage (seulement quelques voitures sur un parking tout proches), sublime entre le Roc de Cuzeau et le Puy de l’Angle, j’adore ! Pas de croix au col, elle se trouve un peu plus bas au milieu des pâturages.

Voilà des années que je voulais faire ce col à vélo… c’est fait !

Au cours de notre montée, j’ai rappelé à Michel que j’ai gardé en tête son impressionnant exploit accompli sur les pentes de col. Modeste, il me répond simplement que c’était une bonne sortie ! Jugez-en : http://www.veloblan.com/article-dix-fois-le-col-de-la-croix-morand-et-col-de-la-croix-st-robert-119560361.html

Au Sud, le Roc de Cuzeau surplombe le Plateau de Durbise.
Au Nord, les Puys de Mareilh et de l’Angle. Magnifique !

Michel et moi reprenons notre route en basculant dans le versant Ouest du Col de la Croix St-Robert en direction de Mont-Dore. Ce versant est plus court avec 6,3 km à 6% de moyenne, quelques passages bien sentis comme par exemple celui à 10% dans les premiers lacets après Mont-Dore. Bien sûr, les vues sont tout aussi magnifiques que son versant opposé avec les Monts Dore en toile de fond.

Dans la descente vers Mont-Dore, vue sublime sur le Sancy.

Station du Mont-Dore – 1324 m

La descente est rapide, nous nous retrouvons au-dessus de Mont-Dore où débute la courte mais intense ascension vers la Station du Mont-Dore : 3 km à 8% de moyenne. Mon idée était de (re)découvrir cette montée faite en voiture il y a déjà 18 ans et d’avoir un point de vue au pied du Puy de Sancy mais je n’en ai pas été très satisfait ! Après le calme du Col de la Croix St-Robert, je me suis retrouvé scotché à une espèce d’autoroute à 3 voies assez bruyante sur une pente à 8/9% qui m’a bien usé, de plus j’ai perdu un peu Michel qui était bien plus aérien que moi ! Seule la belle vue sur le Puy de Sancy m’a réconforté. Dans les derniers hectomètres, Michel qui avait fait demi-tour me rejoint et nous finissons ensemble pour atteindre la Station du Mont-Dore à 1324 m d’altitude.

Le Sancy dans la montée à la Station du Mont-Dore.
Le Sancy. Impressionnant !

Hélas, notre sortie commune allait prendre fin prématurément : Michel a reçu un coup de fil de sa Bribri et il doit rentrer de toute urgence à la maison. Quelques photos et nous filons vers Mont-Dore, non pas par l’abominable D983mais par une toute petite route sur le flanc opposé. Cette dernière n’est uniquement accessible en vélo, donc au calme complet. Bien qu’en assez mauvais état, elle est beaucoup plus bucolique que la D983, on aurait plutôt du monter par celle-ci. Tant pis mais si c’est à refaire une autre fois, je n’hésiterais pas et je ne saurais que trop la conseiller à ceux qui souhaiteraient réaliser l’ascension à la Station du Mont-Dore et s’offrir une descente de ouf par la D983.

Nous traversons rapidement Mont-Dore puis nous nous quittons au pied du Col de la Croix Morand. Même si cela a été un peu court, cela a été un grand plaisir et un immense honneur de rouler avec un sacré cyclo qui entretient une petite légende de « vieux grincheux » (des coups gueules souvent justifiés !) mais qui a un cœur grand comme ça ! Au final, Michel aura fait une sortie de 165 km / 3000 m de D+ en 7h15 !!!

Col de Guéry – 1268 m

J’attaque la montée du Col de la Croix Morand et je constate qu’elle ne va pas être trop difficile : 6,9 km à 5,5% de moyenne. Je ne me sens pas trop entamé et je décide d’aller chasser le Col de Guéry en aller-retour.

Au début de la montée du Col de la Croix Morand.

A partir de la bifurcation avec le Col de la Croix Morand, je n’ai que 5 km à faire pour atteindre le Col de Guéry. Je file tout droit dans une légère descente puis la route regrimpe sur un faux-plat montant qui ne dépasse pas les 4%, ça va, pas de raidard caché. Au bout d’une courbe, je découvre d’abord le Lac de Guéry, sympa la vue. Puis je longe le lac, qui est le plus haut d’Auvergne, remonte une courte pente et débouche sur le Col de Guéry à 1268 m d’altitude. Le col est un peu bouché, pas grand chose à voir mais j’aperçois un peu plus loin un belvédère… je m’y rends… et me paye un magnifique 180° avec les Roches Tuilière et Sanadoire.

Le Lac de Guéry.
Col pas trop dur depuis Mont-Dore.
Le détour valait le coup !

Col de la Croix Morand – 1403 m

Demi-tour, je rejoins assez rapidement la bifurcation avec le Col de la Croix Morand et démarre immédiatement son ascension. La pente oscille entre 5 et 6%, ça me va bien. Par contre, ce versant n’offre que peu de distractions à part un parking-belvédère où je fais une pause pour profiter d’un beau panorama sur le Puy Gros et la Banne d’Ordanche. On aperçoit aussi en contrebas la route du Col de Guéry. Je reprends la route et après un virage à droite je me retrouve face au Col de la Croix Morand. Une dernière rampe bien droite de 900 m à 6,5% et me voilà au col à 1403 m d’altitude. Les cartes indiquent qu’on n’a pas pu se mettre d’accord sur nom car on l’appelle aussi le Col de Dyane.

Encore un beau panorama dans la montée du Col de la Croix Morand.
Col de la Croix Morand en vue.

Il y foule ! Un vaste parking remplis de voitures et de camping-cars occupe la moitié des lieux et dénature le col. J’envie Michel qui doit bien l’apprécier lors de ces passages en morte saison. Je me console sur les vues des superbes Puy de la Croix Morand et de la Tâche qui encadrent le col. Je ne m’attarde pas et file dans la descente non sans jeter un coup d’œil au fameux Buron du Col de la Croix Morand si cher à Michel où j’aurais voulu goûter la fameuse omelette truffade. Victime de son succès (propriétaires sympas, restauration délicieuse et bon marché), l’intérieur et la terrasse sont bondés de touristes.

On est un 14 juillet… ben ça caille !
Le fameux Buron du Col de la Croix Morand, un lieu apprécié de Michel !

Dans la descente, je constate que le versant Est est beaucoup plus beau et je me promets de le faire lors d’un prochain séjour (en bref, le même parcours de ce jour mais dans l’autre sens !).

Dans la descente du Col de la Croix Morand.
Un coup d’œil en arrière sur l’imposant Puy de la Tâche.
Je reviendrais sûrement un jour faire ce versant !

Je fais plusieurs arrêts photos tellement c’est beau. Néanmoins, je me retrouve assez rapidement à Chambon-sur-Lac, la balade est terminée. Je suis encore bien frais, je rajouterais bien un bout mais je me raisonne car il faut que j’en garde encore un peu sous la pédale pour les 2 jours suivants.

Une sortie de « tafiole » – 63 km et 1391 m de D+ – dirait Michel mais j’en ai bien profité avec une chouette rencontre, du plaisir dans les ascensions et de beaux panoramas.

2 des plus beaux cols de l’Auvergne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.