Alpes – Sortie n°9

Col des Essérieux / Col du Marais /
Col de la Croix Fry / Col de Merdassier / Col des Aravis
Panorama sur la Tournette dans l'ascension du Col de la Croix Fry.
Panorama sur la Tournette dans l’ascension du Col de la Croix Fry.

Vendredi 28 août / Distance 83,5 km / D+ 1893 m / 5h18

Voilà une très belle journée en perspective que j’allais pouvoir m’offrir. Un temps magnifique sera de la partie. Pas d’obligation de rentrer tôt, j’allais pouvoir me balader tout mon soûl et le programme allait être alléchant avec une succession de 5 cols : Col des Essérieux, Col du Marais, Col de la Croix Fry, Col de Merdassier et Col des Aravis.

Départ 8h, la fleur au fusil, pas de sac à dos avec casse-croûte, juste la CB et des barres de céréales, je verrais si j’ai faim, j’ai pour objectif de ne pas faire de pause repas qui a souvent tendance à me scier les cuisses quand il faut repartir. Seules, les pauses photos auront bien rythmées ma sortie.

Col des Essérieux / Col du Marais

 je connais très bien la première partie de mon parcours qui va m’emmener aux Cols des Essérieux et du Marais puisque je l’avais déjà réalisée lors de ma 4ème sortie.  Piste cyclable direction Faverges/Annecy, puis St-Ferréol et montée du Col du Marais avec le Col des Essérieux en intermédiaire. Elle n’est pas trop longue, ni trop dure avec 10,5 km à 4,5% de moyenne. L’ascension passe comme une lettre à la poste d’autant que je connais maintenant son profil. Le final dans un décor champêtre est toujours aussi sympa.

Profil du Col du Marais (versant Sud).
Profil du Col du Marais (versant Sud).
Le panneau du Col du Marais indique 843 m mais son point géographique est un poil plus bas à 833 m.
Le panneau du Col du Marais indique 843 m mais son point géographique est un poil plus bas à 833 m.

Petite pause photo et je bascule immédiatement dans le versant opposé qui va me déposer rapidement à Chamossière, pied de la montée suivante : celle du Col de la Croix Fry.

Col de la Croix Fry

J’attaque tranquillement l’ascension, son profil me fait un peu peur d’autant que je me retrouve direct dans une rampe à 7%.

 

Profil du Col de la Croix Fry (versant Manigod).

Puis finalement, ça va très bien se passer, j’ai la forme et surtout le décor est magnifique avec les pâturages (et ses vaches savoyardes), les forêts de sapin, les centaines de chalets disséminés un peu partout mais qui sont souvent construits de manière traditionnelle et donc tous assez jolis et bien sûr le tout sous le regard de quelques beaux sommets du Massif des Aravis (Montagne de Sullens, Mont Charvin, Tête de l’Aulp, Aiguille de Manigod) et la Tournette dans le dos de la montée.

Je peux aussi voir sur ma droite le Col de Plan Bois grimpé au cours de  ma 4ème sortie. Lors d’une pause photo, un cyclo me dépasse et me lance un sonore bonjour accompagné d’un grand sourire, il est aussi heureux que moi de se retrouver dans ce coin si chaleureux.

Chamossière, pied du Col de la Croix Fry.
Rampe à 7% pour débuter.
Dans le début de la montée.
Dans un virage, un magnifique décor se dévoile.
Villard Dessous et sa chapelle.
Quelques lacets assez tranquille.

 

Panorama sur le versant Sud de la Vallée de Manigod.
Manigod.

Je négocie parfaitement les lacets au-dessus de Manigod où se trouve les passages les plus ardus puis je me retrouve finalement au Col de la Croix Fry à 1467 m d’altitude. Par contre, petite déception au sommet, je ne pensais pas y trouver… une station. Petite certes, mais moche ! Quel contraste avec la beauté de la montée. De plus, il y a quelques travaux pour installer un nouveau télésiège. Je fais quand même une pause tout en ruminant un peu sur l’avidité qu’ont les hommes pour saccager encore plus la montagne pour des loisirs que j’ai toujours trouvés très superficiels.

On ne rigole plus !
Magnifique !
Quelques sommets des Aravis.
En se retournant, panorama sur la Tournette.
Un chalet construit avec des matériaux naturels.
Les derniers hectomètres avant le sommet.
Col de la Croix Fry – 1467 m.
Travaux qui grignotent la montagne !
Méchant parking au Col de la Croix Fry, c’est moche !

Je chasse mes idées noires et me prépare à la suite de mon parcours en allant chasser en aller-retour le Col de Merdassier.

Col de Merdassier

Pour pas trop cher, je pouvais m’offrir ce col qui se trouve non loin du Col de la Croix Fry. Pour cela, je commence à descendre le versant opposé sur environ 200 m pour prendre immédiatement à droite la route qui mène au Col de Merdassier. Elle est quasiment plate durant durant 1,650 km puis je dois fournir un petit effort de 750 m à 5,5% pour me pointer au Col de Merdassier à 1500 m d’altitude.

Sitôt après le début de la descente du Col de la Croix Fry, prendre à droite.
La dernière rampe pour atteindre le Col de Merdassier.

Comme pour le Col de la Croix Fry, la route est jolie et est dominée par la Pointe de Merdassier mais au sommet, c’est un autre domaine skiable, celui de l’Etale, qui a bétonné un peu les lieux. Je vadrouille un peu pour essayer d’avoir une belle prise de vue sur le Mont Charvin puis je retourne sur mes « roues » au Col de la Croix Fry.

Col de Merdassier – 1500 m.
Un local toilette est disponible pour refaire les niveaux.
Vue sur le Mont Charvin.
Le domaine de l’Etale.
Retour vers le Col de la Croix Fry.
Sous le regard de l’imposante Pointe de Merdassier.

De retour au Col de la Croix Fry, j’entame la descente vers la Clusaz pour grimper le cinquième col de mon parcours, celui des Aravis.

Dans la descente du Col de la Croix Fry.
Vue sur la Clusaz.
Quelques sommets des Aravis.
Un beau point de vue sur le Col des Aravis.

Col des Aravis

Après une belle descente où je constate que ce versant du Col de la Croix Fry est un peu moins difficile, j’arrive à un croisement avec la D909 juste au-dessus de Gotty. Je prends à droite direction le Col des Aravis. Bien que l’ascension de ce versant démarre à Thônes pour 19 km à 4,5%, pour aujourd’hui, je ne vais effectuer que la partie finale qui ne sera pas si facile que ça car il faudra compter avec 4,5 km sur une déclivité tournant autour des 6,5%.

Profil du Col des Aravis (versant Thônes). Je ne grimperais que la partie finale.

Mais une fois de plus, ça passe bien, la pente est assez régulière et puis l’effort est totalement oublié par un décor sensationnel avec de chaque côté, les Adroits et les Envers des Aravis qui, propulsés par de verts pâturages, laissent apparaître de magnifiques parois rocheuses gris clair.

Croisement avec le Col de la Croix Fry, début de la montée vers le Col des Aravis.
En haut, le col – très large – des Aravis.
L’Adroit des Aravis.
En se retournant.
Col des Aravis en vue.

Les derniers hectomètres sont assez facile, d’autant qu’il n’y a pas de vent mais j’imagine que la progression doit être difficile les jours de grands vents au sein de ce col très large. Je me pointe au Col des Aravis – 1486 m. Mais là encore, comme pour le Col de la Croix Fry, petite déception : la fameuse petite chapelle, que l’on connaît bien grâce aux nombreuses photos symbolisant le col, est bien là mais… entourée d’une grosse vingtaine de boutiques ! C’est vraiment moooooche ! Partout, des touristes venus boire un coca ou une bière à 5 euros ou bien acheter des peaux de vaches, de phoques ou de marmottes que sais-je ! Le pompon : à 100 m du col, un immense parking avec près de 50 campings-cars ! Rhaaaa, pour les photos c’est raté ! Vite, une barre de céréale et je repars de ce gourbis.

Le fameux parking à camping-cars, un truc très moche !
Un col que l’on devrait renommé Col des Touristes !
L’Envers des Aravis.
On peut rejoindre le Col de l’Arpettaz via une piste (à faire en VTT).

J’entame la descente du versant opposé… ma déception va faire place à l’enchantement… dans un large virage à gauche, je le découvre (vraiment)  face à moi… qui ? Le Mont Blanc ! La face noire du Mont Joly, qui se trouve au premier plan, contraste avec le blanc immaculé de son sommet sur lequel traînent quelques nuages.

Le Mont Blanc (un peu caché par le Mont Joly).

Je reprends ma descente que j’entrecoupe de plusieurs arrêts photos, le paysage est magnifique. Jusqu’à la Giettaz puis Flumet, il y a une belle quantité de lacets qui offrent de multiples points de vue tout en plongeant dans les Gorges de l’Arly.

Un petit tunnel (pas besoin d’éclairage).
Un des sommets de la Chaîne des Aravis.
Les Gorges de l’Arly en direction d’Ugine.
Vue sur l’Adroit des Aravis depuis la Giettaz.
Petite Vallée de l’Arrondine à la sortie de la Giettaz…
… qui se transforme en gorges avec passage sous des paravalanches.
Flumet.

À partir de Flumet, je descends les Gorges de l’Arly mais elle sera de courte durée car cette année là, elles sont fermées à la circulation entre le Pont de Flon et Ugine. En effet, l’Arly a emporté une bonne partie de la route et d’importants travaux étaient en cours.

2 solutions : prendre la route qui monte à Crest-Voland et emprunter les Balcons de l’Arly (D71) que j’ai déjà parcourus lors de ma sortie n°7 ou rester sur le flanc droit des gorges en prenant la D109 qui peut me mener directement à Ugine. Je choisis cette dernière, je sens un coup de moins bien arrivé…

Le petit problème de cette déviation forcée est qu’il faut se farcir une nouvelle montée… bien raide ! En effet, la pente se cabre sans transition à 8,5% durant 1,6 km. En ce début d’après-midi, le fond des Gorges de l’Arly est un four. Il me reste un peu d’eau mais elle est chaude… j’ai bien chaud sous le casque… et là dans un petit lacet… une fermette présente une petite fontaine… le propriétaire avait mis une pancarte devant : Servez-vous ! Un geste d’une incroyable bonté de nos jours et je l’en remercie, il me sauve bien la mise ! Je m’asperge des pieds à la tête d’une eau délicieusement fraîche pour refroidir la chaudière !  Ci-dessous, le point google street du lieu providentiel :

Les niveaux refaits proprement, je repars plus sereinement. Encore un effort jusqu’à Héry durant 1,2 km où la pente atteint quand même les 9%. Ensuite, c’est la quille avec une jolie descente jusqu’à Ugine. Puis c’est la tranquille remontée de la Vallée de la Chaise sur la piste cyclable jusqu’à Marlens. Je finis dans une relative bonne forme avec près de 1900 m de D+, les efforts accumulés lors du séjour ont bien payé. Allez, je retrouve mes enfants dans la piscine du camping pour une bonne baignade réparatrice !

Vue sur la Vallée de la Chaise depuis la descente au-dessus d’Ugine.
Au-dessus d’Ugine, vue sur la Vallée de l’Arly. Au fond, quelques sommets du Massif de la Tarentaise.
Panorama au-dessus d’Ugine.
Enfin, une vue bien dégagée du Mont Charvin qui était souvent dans les nuages depuis le début de mon séjour.
Marlens. Au-dessus, le Col de l’Épine.