Pyrénées Orientales – Sortie n°5

Massif des Albères

1. Col de las Portas / 2. Col du Père Carnère / 3. Col del Bast /
4. Col du Berger Mort / 5. Col de Las Vignas / 6. Col de Llagastèra /
7. Col des Gascons / 8. Col de Mollo / 9. Coll de la Serra /
10. Col de la Ruine / 11. Col de Cassagne / 12. Col d’en Calbo
Panorama depuis les Casernes du Centre – 385 m.

Dimanche 17 juillet – 92 km – D+ 1430 m

Mon séjour dans les Pyrénées Orientales touche à sa fin, il me reste une dernière cartouche à tirer, ce sera le Massif des Albères côté mer que j’avais déjà exploré lors de ma deuxième sortie et qui m’avait beaucoup séduit par ces nombreux points de vue incroyable entre mer et montagne. Mon second objectif sera d’aller franchir symboliquement une seconde fois, après ma sortie d’hier, la frontière franco-espagnole.

8h, le soleil est au rendez-vous mais je remarque une chose : il fait déjà bien chaud à cette heure matinale. Autre point particulier, la Tramontane a fait enfin ses valises ! Je me suis dis chouette, mais cela allait m’être préjudiciable pour la seconde partie de ma randonnée…

De St-Cyprien à Argelès Plage, j’emprunte la piste cyclable, puis à la sortie du Port d’Argelès, je prends la D114 que je vais suivre jusqu’à Banyuls-sur-Mer. Je passe d’abord par Collioure et Port-Vendres, deux petites villes offrant une belle diversité géographique, culturelle et historique et qui me donne l’occasion de ne pas m’ennuyer du tout jusqu’à la première difficulté de ce parcours : le Col de las Portas.

Col de la Portas

L’ascension démarre depuis la Capitainerie du port de Port-Vendres à 1 mètre d’altitude (!). Je chauffe doucement avec doucement avec 1,1 km à 4,5% pour rejoindre la D914 puis la pente s’accentue avec 500 m à 5,5% jusqu’au Col de la Portas (Coll de les Portes) à 77 m d’altitude. Un col que j’ai déjà franchi lors de ma deuxième sortie mais en descente en venant du Col de Mollo.

Je passerais en-dessous un peu plus tard…
Col de la Portas – 77 m

Col du Père Carnère

Une descente me dépose non loin de la Plage de Bernadi et du site classé de l’Anse de Paulliles (il faut bien ça face à la surenchère immobilière qui gangrène le coin). C’est le début de l’ascension du Col du Père Carnère. Rien de bien difficile, sur une route large et roulante, je grimpe 300 m à 1% puis 1,250 km à 5%. Le Col du Père Carnère (Coll de Pere Carnera) – 69 m – se trouve juste après un rond-point.

Je vais franchir le Col du Père Carnère…

La route redescend jusqu’à Banyuls-sur-Mer tout en se rapprochant du bord du littoral. Sympas les vues sur les plages et les caps qui s’enfoncent rapidement dans la mer. Des gens s’y prélassent déjà mais le faire des heures, ce n’est absolument pas mon truc ! Quand on y va quelques fois avec ma petite famille, c’est 1/4 d’heure maxi sur la serviette puis je pars en balade, je trempe juste les pieds, je ne nage pas, phobie de l’eau où on ne voit rien et je rêve déjà à ma prochaine sortie vélo !

Je descends vers Banyuls-sur-Mer.
La plage des Elmes, propre et tranquille en ce début de matinée.
Un peu plus loin, vue sur le Cap des Elmes.
Banyuls-sur-Mer et l’Anse du Fontaulé.

Col del Bast

Je pourrais continuer ainsi jusqu’à Cerbère puis la frontière franco-espagnole (13,5 km) mais je bifurque le long de la Baillaury, un petit fleuve qui se termine en embouchure dans le centre de Banyuls-sur-Mer. Ma trace GPS me guide vers le pied de Puig del Mas où débute l’ascension d’un nouveau col, celui del Bast, distant de 3 km.

Il me faut d’abord me hisser au-dessus de Puig del Mas avec 470 m à 5% suivi d’une courte descente de 180 m à 7%. Dans mon élan, je rebondis sur une butte de 50 m à 6% suivi d’une nouvelle descente, légère avec 235 m à 2,5%. Puis la route tourne autour du Puig de Rabús où la pente est, cette fois-ci, plus conséquente : 660 m à 7% puis 900 m à 6%. Elle se fait plus douce à l’approche du col avec 500 m à 4,5%. J’atteins ainsi le Col del Bast (Coll del Bast) à 139 m d’altitude.

Le coin est sympa, il y a du vignoble à perte de vue et malgré la faible altitude, il y a une belle vue plongeante vers Banyuls-sur-Mer. Je ne fais pas demi-tour car la route fait une boucle vers Puig del Mas. Par contre, je dois grimper encore un peu mais sans trop d’effort avec 1,3 km à 3,5% puis j’enchaîne avec la descente jusqu’à Puig del Mas.

Je débute l’ascension du Col del Bast…
… qui m’offre une vue magnifique sur Banyuls-sur-Mer.
Col del Bast en approche…
Un beau panorama et du vignoble à perte de vue.

Col du Berger Mort

Je retraverse la Baillory et je prends à gauche pour suivre son cours. Je vais aller chasser en aller-retour le Col du Berger Mort. Comptez sur un aller de 9,3 km. Attention, pour ceux qui souhaite suivre ce parcours, il est important que je vous indique cette précision : il faut suivre la direction Col de Banyuls ! Les locaux et même les cartes assimilent le Col du Berger Mort au Col de Banyuls… mais autant vous dire que pour le chasseur de cols, c’est devenu un bordel sans nom ! Je m’explique, en 2014, pour le guide Chauvot du Club des Cents Cols, c’était clair :

  • Col du Berger Mort – 357 m : col routier (bien représenté aussi sur carte IGN)
  • Col de Banyuls – 357 m : col muletier distant de 130 m du Col du Berger Mort (le guide Chauvot s’emmêle aussi les pinceaux avec deux altitudes : 357 m et 364 m, cette dernière étant plus juste)

Aujourd’hui, en 2018 à l’heure où j’écris ces lignes, voici ce que l’on trouve (notamment sur OpenRunner qui permet d’afficher les cols recensés par le CCC) :

  • Col du Berger Mort – 357 m : col routier
  • Col de Banyuls – 357 m : col routier (position identique au Col du Berger Mort)
  • Col de Banyuls – 356 m : col muletier
  • Col de Banyuls – 355 m : col muletier situé à quelques mètres de celui cité juste ci-dessus

Bref, celui qui voudra tricher (hiark hiark hiark) pourra ajouter 4 cols pour le prix d’un !

Bon, moi, je n’ai retenu que le Col du Berger Mort même si j’en ai bien chié pour l’avoir ! Donc, je suis la direction du Col de Banyuls (c’est vrai que touristiquement, c’est plus vendeur, car qui voudrait bien aller aller à un lieu où un berger est mort ! Brrrrr, franchement !)

En direction du Col du Berger Mort ou du Col de Banyuls selon l’appellation locale.

Je vais aller de surprise en surprise car je n’avais pas pris le temps de consulter cette partie m’étant décidé seulement la veille de la faire. La première portion jusqu’au tout petit hameau de Mas Parer – longue de 4 km – est presque plate et la route est en assez mauvais état. Bof pour une voie qui est censée franchir la frontière franco-espagnole. Par contre, j’ai un gros avantage, la circulation est réduite au minimum (j’ai du croisé 5 ou 6 voitures) et je peux profiter du décor qui est magnifique avec ses collines tapissées de vignoble. Peu après – 570 m à 1,5% – à proximité de Mas Axter, je franchis à nouveau la Baillory qui n’est plus qu’un gros ruisseau.

La route longe cette fois-ci le Ruisseau del Vignyès et devient un faux-plat montant : 850 m à 2% puis 1,6 km à 2,5%. Je commence à trouver le temps long, où se trouve donc ce col de Banyuls/ du Berger Mort ?! Je m’étonne car les collines deviennent montagnes… ce n’est pas bon tout ça, mon petit doigt me dis que le final va être assez dur… je n’allais pas être déçu !

Jusque là, c’était plat mais un mur se dresse…
Ça commence à grimper…

Soudainement, au détour d’une longue courbe vers la gauche, la route devient un vrai billard avec un asphalte quasiment neuf et la pente se dresse brusquement ! Mon petit rythme pépère en prend en coup, je tombe rapidement les dents pour grimper d’abord 900 m à 8%. Je transpire pas mal mais la suite allait être une sacrée vacherie : sur 4 épingles et 1350 mètres, c’est un mur qu’il faut gravir avec une pente de ouf à… 12,5% !!!

… avec un bel asphalte tout neuf !
Je me tape une pente de ouf !
Un lacet… remarquez la route qui plonge directe !
J’aperçois le col mais ce n’est pas fini…
Une pente à 10-11-12-13% qui n’en finit pas !
Un magnifique décor en guise d’accompagnement…
Les derniers mètres… ouf !

Après un effort intense, j’atteins le Col du Berger Mort à 357 m d’altitude. Wouah, malgré son altitude modeste, voilà un col qui se mérite !  Bon, je suis bien content de mon coup : en plus de bénéficier d’un superbe panorama, je franchis à nouveau symboliquement la frontière franco-espagnole. Pas de poste frontière, ce serait facile de transiter de la marchandise par ce col mais shut il ne faut pas le dire !

Je fais une petite pause bien méritée. Comme expliquée plus haut, j’ai la possibilité de chasser le Col de Banyuls pour pas trop cher mais un méchant sentier plein de caillasses me fait reculer, je n’ai pas envie de flinguer mes chaussures, tant pis, je me dis que ce sera peut-être pour une autre fois, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve.

Pour avoir un aperçu de cette terrible ascension, j’ai déniché une vidéo sur la toile… jugez la pente et le truc de ouf :

Col du Berger Mort (Raw Rush) from Fabien Bien on Vimeo.

L’échancrure du Col du Berger Mort.
Le Col du Berger Mort bascule vers l’Espagne.
Col du Berger Mort – 357 m.
Panorama sur le côté France.

Col de Las Vignas

Une petite excursion en Espagne m’aurait bien tentée mais il m’aurait fallu la journée. Retour jusqu’à Banyuls-sur-Mer. Arrivé à ce dernier, la chaleur s’est définitivement installée, il fait plus de 30°C… rappelez-vous, j’avais indiqué au début de ce récit l’absence de la Tramontane… et bien, plus d’air pour rafraîchir les pentes surchauffées du Massif des Albères ! Mon compteur affichera même un maxi de 37°C un peu plus tard. Cette chaleur me terrasse d’un seul coup lorsque j’aborde l’ascension du Col de Las Vignas.

Je déniche son accès à l’entrée du quartier de Mas d’en Reig. Je grimpe l’Avenue Guy Male puis la Route du Mas Reig avec 950 m à 4,5%. J’arrive à un croisement avec la Route des Crêtes (D86), je laisse cette dernière que je prendrais par la suite pour bifurquer à droite. Pour rejoindre le Col de Las Vignas que j’aperçois très bien de l’autre côté d’un petit vallon. Je descends un peu dans ce vallon – 400 m à 4,5% – puis remonte une douce pente sur environ 2 km à 2%. Dans un virage, il faut emprunter un chemin en partie asphaltée sur 50 m pour atteindre le Col de Las Vignas (Coll de les Vinyes) à 50 m d’altitude. C’est le col le plus bas en altitude du département des Pyrénées Orientales.

Clic-clac, quelques photos et je reviens rapidement sur la route. Cette dernière permet de rejoindre le Col du Père Carnère que j’ai franchi un peu plus tôt ce matin. Je reviens sur mes roues (en remontant les 400 m à 4,5% du petit vallon) pour emprunter la Route des Crêtes.

Col de Las Vignas en vue depuis Mas d’en Reig, près de Banyuls-sur-Mer.
Panorama Sud depuis le Col de Las Vignas.
Panorama Nord-Ouest depuis le Col de Las Vignas.

Col de Llagastèra / Col des Gascons

Je vais suivre désormais la Route des Crêtes mais à l’allure d’un escargot, la chaleur m’a vidé de toute énergie. Les jambes tournent mécaniquement mais c’est dur. Dommage, je ne profite pas totalement des superbes paysages qu’offre cette route touristique qui est étonnamment calme en cette fin de matinée.

Pour rejoindre le Col de Llagastèra distant de 3,1 km, il va falloir m’employer  : 400 m à 8% puis 2,7 km sur une pente qui oscille entre 6 et 7,5% sur une route qui épouse les pentes du Puig dels Gascons. Dans une épingle, j’atteins le Col de Llagastèra (Coll de Llagastera, Coll de Llagostera) à 256 m d’altitude.

Banyuls-sur-Mer depuis le début de la Route des Crêtes.
Le Col de Llagastèra bien en vue.
Encore un coup d’œil sur Banyuls-sur-Mer.
Une route mène à Notre-Dame de la Salette, on peut aussi choper le Coll d’Ullastre – 195 m.
Banyuls-sur-Mer encore mais je ne m’ennuie pas de cette belle vue plongeant dans la mer.
Il y a des centaines de murets en pierres comme celui-ci qui bordent les vignes, un sacré boulot !
Col de Llagastèra – 256 m.
Un des rares panneaux présent des cols que j’ai franchis au cours de mon séjour.

Mais la Route des Crêtes continue de s’élever. Je poursuis vers le Col des Gascons distant de 2,150 km. La pente fléchit à peine : 920 m à 6,5% puis 1230 m à 5,5%.  À 386 m d’altitude, je franchis le Col des Gascons (Coll dels Gascons). Toujours de belles vues, je peux apercevoir vers le Sud le Col du Berger Mort que j’ai grimpé un peu plus tôt dans la matinée. Une piste invite à découvrir d’autres cols comme c’est souvent le cas dans cette région. Équipé d’un VTT, on a la possibilité de chasser des cols à la pelle ! Les Pyrénées Orientales en compte près de 600 !

L’ascension continue après le Col de Llagastèra.
Le littoral se dévoile, au fond, un peu sur la gauche, le Cap Béar.
La route continue de s’élever.
Un des lacets de la Route des Crêtes, en arrière-plan le Fort Béar et son cap.
D’anciennes fortifications militaires sont disséminés partout dans le Massif des Albères.
Panorama Sud depuis le Col des Gascons.
Col des Gascons – 386 m.
Panorama Est depuis le Col des Gascons.

Je n’en ai pas tout à fait terminé avec cette ascension. Après le Col des Gascons, la route est quasiment plate durant 850 m puis il faut effectuer un effort ultime avec 900 longs mètres à 8% pour atteindre le point culminant de la Route des Crêtes qui se trouve à 454 m d’altitude qui est marqué par le croisement avec la route qui mène à la Tour de Madeloc.

En réalisant mon roadbook, j’avais envisagé de grimper jusqu’à la Tour de Madeloc mais avec regret, ce sera pour une autre fois ! La chaleur m’accable, j’ai besoin d’air pour refroidir un peu la chaudière, mes bidons n’étant pas vides mais possédant une eau bien tiédasse impossible à avaler ! Pour ceux que ça intéresse, l’ascension de la Tour de Madeloc – 1,6 km, sur une route au revêtement très abimé, consiste à gravir 500 m à 8,5% jusqu’à la Batterie 500 puis 1,1 km à… 14% de moyenne ! Bonjour le défi ! Au sommet, belle récompense avec un panorama de ouf en se projetant grâce à google street.

La végétation est pauvre à plus de 300 m !
Au centre, la Batterie de la Galline.
Je n’aurais pas la force de grimper jusque là-haut…
Montagne, vignoble, mer… un cocktail étonnant.
La Tour de Madeloc, si proche, si loin…

Ouf, la Route des Crêtes amorce sa descente, ça ira mieux dans quelques instants. Encore un petit arrêt photos au niveau des Caserne du Centre puis je profite à fond du retour que je connais déjà : je passerais par les Col de Mollo, Coll de la Serra, Col de la Ruine, Col de Cassagne et Col d’en Calbo déjà franchis en montée lors de ma seconde sortie.

La Route des Crêtes amorce sa descente et je profite à fond du panorama !
Petit coup d’œil en arrière.
Une autre vue de la Batterie de la Galline.
Vue sur la Tour de Madeloc depuis les Casernes du Centre.
Un panorama 4 étoiles depuis les Casernes du Centre.

J’en termine avec les Pyrénées Orientales. C’est un séjour qui m’a beaucoup plu, le mixe montagne/mer m’a offert de magnifiques points de vue. Ne pas se fier à la faible altitude des cols proposés dans le coin, il ne faut pas oublier que les ascensions débutent souvent au niveau de la mer qui est à… 0 m. Une ascension comme celle de la Route des Crêtes propose, mine de rien, environ 450 m de D+ sur 8 km. L’enchaînement de plusieurs montées comme lors de cette sortie m’a vu cumulé près de 1400 m de D+, c’est autant que l’ascension d’un ou deux cols alpins ! Pas de grosses difficultés en général si ce n’est le Col du Berger Mort (voir plus haut) et la présence/absence de la Tramontane.

Quelques chiffres clés pour terminer :

  • 5 sorties : 331 km et D+ 5531 m
  • + 1 sortie intermédiaire au Col de Pailhères – 83 km / D+ 1947 m
  • 28 cols
  • Plus petit col franchi : Col de Las Vignas – 50 m
  • Plus haut col franchi : Col de l’Ouillat – 938 m

Par contre, les aventures vélo vont se poursuivre… en effet, en remontant sur Dijon, je ferais une halte de quelques jours… au Mont Ventoux !

Les sorties dans les Pyrénées Orientales :

1. Col d’en Piques – 2. Col de Rousse

1. Col d’en Calbo / 2. Col de l’Arquette / 3. Col de Cassagne / 4. Col de la Ruine / 5. Coll de la Serra / 6. Col de Mollo / 7. Col de Mala Cara / 8. Col Perdigue / 9. Col del Mig / 10. Col de las Portas / 11. Col d’en Raxat

1. Als Colls / 2. Col de Creu / 3. Collade des Planes / 4. Col de la Font Rouge

1. Coll del Fourn / 2. Col du Perthus / 3. Col de la Rière / 4. Col El Rat / 5. Col de l’Ouillat

1. Col de las Portas / 2. Col du Père Carnère / 3. Col del Bast / 4. Col du Berger Mort / 5. Col de Las Vignas / 6. Col de Llagastèra / 7. Col des Gascons / 8. Col de Mollo / 9. Coll de la Serra / 10. Col de la Ruine / 11. Col de Cassagne / 12. Col d’en Calbo

Une réflexion au sujet de « Pyrénées Orientales – Sortie n°5 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.