Alpes – Col de Vars

Col de Vars (versant Sud)

Mardi 3 août / Distance 64 km / D+ 1036 m

Aujourd’hui, j’attaque le 1er col de mon vaste programme : celui de Vars et ses 2108 m d’altitude. En 2005, j’avais réalisé la montée versant Nord (de Guillestre) et c’est la seconde fois que j’allais effectuer l’ascension d’un autre versant d’un grand col alpin (la 1ère fois, c’était le Galibier en 2004).

Il fait un temps magnifique, départ le matin 9h. La D900 qui mène jusqu’au carrefour de la D902 (col de Vars) est un vrai bonheur : quelques faux-plats et quelques pentes à 3/4% permettent de s’échauffer très correctement et surtout de s’en mettre plein les mirettes avec toutes les montagnes qui entourent la vallée de l’Ubaye.

Jausiers, je repère bien le carrefour qui marque le début de l’ascension de la Bonette. Après Jausiers, la vallée se resserre soudainement, l’Ubaye se fait plus tumultueuse. A la Condamine-Châtelard, je repère aussi le point de départ pour la montée de Ste-Anne. Après la Condamine-Châtelard, on peut admirer l’impressionnant fort de Tournouxaccroché sur la falaise 300 m plus haut. Puis on atteint le carrefour de la D900 et D902 qui marque le début de la véritable ascension des cols de Vars et de Larche.

Je prends à gauche direction « les Gleizolles ». Il y a 15 km d’ascension et je commence pianissimo – braquet pas trop dur – mais la pente est assez douce, je suis un peu surpris m’attendant à des difficultés plus rapides. Je remets quelques dents de plus en dépassant la « Redoute de Berwick » (ancien fort militaire) tout en admirant sur ma gauche la « Tête de l’Infèrent » (2892 m), la « Tête de Vallon Claous » (2945 m) et la « Tête de Cassoun » (2565 m).

Le passage du « Pas de la Reyssole » assorti d’un tunnel nous fait « entrer dans la montagne » ! Je trouve cet instant génial ! A la sortie du tunnel, on semble découvrir une autre vallée – magnifique avec le village de St-Paul-sur-Ubaye (alt. 1486 m) en toile de fond. Depuis « les Gleizolles », c’est très cool : environ 5,5 km avec un déclivité comprise entre 1,5 et 5% maxi.

A la sortie de St-Paul, les choses sérieuses commencent : environ 2,5 km avec une pente très irrégulière – 7,5 / 5,5 / 10,5 / 6,5 et 6%. Il y a un petit problème supplémentaire : un bon vent de face se mêle à la partie !

Mais cette fois-ci, je trouve mon rythme et je prends le temps d’admirer la belle « Barre de la Pisse » ! Juste avant le hameau de « Mélezen » (alt. 1663 m), il y un replat de 500 m qui est le bienvenu et qui permet de relâcher les jambes avant la dernière partie de l’ascension qui sera un… hors-d’oeuvre !
Juste après la dernière maison, la rupture de pente est sèche : 8,5% pour augmenter encore à 10,5%lors du passage du 1er lacet d’une série de 5 lacets… pour résumé, ce sera les 5 derniers km de l’ascension avec 445 m de dénivelé pour une pente moyenne de 9% !

Pour ma part, je me sens très bien : le vent a filé dans une autre direction, j’ai trouvé le bon rythme et les jambes tricotent parfaitement.

Le col est en vue, j’en remets une petite couche et l’arrivée se fait dans l’extase à 2108 m d’altitude. Comme d’hab, je suis heureux. Je partage mes impressions avec d’autres cycles sympas qui avaient fait la montée de l’autre versant, quelques photos, un coup d’oeil sur le panorama sublime et retour au camp.

Allez demain repos après 3 jours/3 ascensions d’affilées : jeudi, ce sera le col de Larche.


Carrefour de la D900 avec la D902.
A gauche – col de Vars, à droite – col de Larche.


Au col, vue sur la « Crête de l’Eysinna ».


Au col, suite de la vue sur la « Crête de l’Eysinna ».


Au col, vue sur la « Barre de la Pisse ».


Votre serviteur !
Notez la différence de 1 m
avec le relevé officiel des cartes IGN…


Stèle à la mémoire du Général Berge,
initiateur de la route du col de Vars.

La pointeuse qui sert au brevet des 7 cols ubayens
se trouve juste en-dessous.


Cool le panneau !


Les derniers mètres du versant sud.


L’impressionnante série de lacets…
St-Paul-sur-Ubaye se trouve tout en bas de la vallée.


Vers le sud, un panorama grandiose !


La « Barre de la Pisse », on distingue quelques névés.


On aperçoit les lacets plus bas et on se rend compte du dénivelé… 445 m sur les 5 derniers kilomètres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.