Val de Saône en mode congélo

À quoi peut ressembler une année cycliste pour Bosses21 ? Mes envies me guident souvent dans les bosses de Côte-d’Or mais aussi parfois en plaine… des parcours souvent différents d’un week-end à l’autre… des parcours inédits à la recherche d’une bosse que je ne connaîtrais pas… la réponse en 12 mois pour l’année 2019 (l’année 2017 est disponible ici). Et peut-être que cela vous donnera des idées de parcours !

Les parcours sont enregistrés avec Strava. Les kilomètres, temps et dénivelés réels sont relevés à l’aide de mon compteur vélo (celui du site strava n’est pas du tout fiable !).

Samedi 19 janvier – départ 13h25 – 81,6 km / D+ 429 m / 3h22
Seurre sous la grisaille, je vais traverser la Saône.

Dans la semaine, je me dis que je ferais bien un petit « 100 », jeudi Météo France annonce des éclaircies samedi matin, ça va le faire puis non. Vendredi, c’est brouillard givrant prévu en début de matinée, je vais devoir raccourcir ma sortie puis au lever à 8h samedi matin, c’est blanc de givre et verglas au sol. Changement de plan, ce sera départ en début d’après-midi.

Une fois de plus, le soleil fait la gueule ! C’est rageant, on a de belles éclaircies en semaine mais elles sont réservées uniquement à ceux qui bossent pas 🙂 ! Bon, faudra faire avec, d’autant plus que la température affiche un joli -1°C ! Il me faut presque 20 minutes pour enfiler 5 couches pour le dessus, le cuissard long + un cuissard court par-dessus, 2 paires de chaussettes, les chaussures et sur-chaussures que j’ai pris soin de faire chauffer toute la matinée sur le radiateur, une cagoule + un bonnet… il faut bien ça pour tenir une sortie de 3 heures 30.

Pour cette sortie, ce sera le Val de Saône. Une sortie en plaine facile sur le papier mais aussi usante que dans les bosses. En effet, il faut tout le temps pédaler et ce à un bon rythme afin de dégripper le diesel que j’ai souvent tendance à être. Il y a aussi quelques faux-plats ou des petits coups de cul qui font mal aux jambes. Le vent peut être de la partie mais aujourd’hui calme plat tant mieux. Sinon, aucun regret d’avoir différé mon départ, les routes ont eu le temps de sécher parfaitement.

Qui dit Saône, dit Voie verte que j’essaie toujours de suivre un bout lorsque je roule de ce côté de la Côte-d’Or. Aujourd’hui, ce sera l’Eurovélo 6 entre St-Jean-de-Losne et Pagny-la-Ville. C’était super. La Saône coulait tranquillement en attendant ses prochaines crues d’hiver ou de printemps. J’ai juste été interrompu par un groupe d’oies sauvages qui me barraient l’accès et qui m’ont cancané assez coléreusement car je les avais déranger. Lorsque j’ai forcé le passage, elles se sont à peine bouger et il y en a même une qui m’aurait bien donné un coup de bec. Je me suis déjà fais mordre par un chien, manquerait plus que je me fasse becqueter par un piaf !

Malgré le froid et mes pieds qui commençaient à congeler, je pousse le compteur jusqu’à 80 km. Ce sera du foncier bon à prendre pour ce début d’année et peut-être aussi sur le mois de février qui est souvent assez mauvais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.