Auvergne – Sortie n°2

Col de la Feuille – Super Besse – Col de la Geneste
La Station de Superbesse.

Dimanche 16 juillet 2016 – Distance 60 km / D+ 1314 m

C’est parti pour un second tour à vélo pour découvrir cette belle région d’Auvergne. Je trace un parcours qui me permettra de grimper 2 cols, ceux de la Feuille et de la Geneste, et la Station de Super Besse.

Depuis le Camping du Domaine du Lac Chambon, je peux emprunter une petite route (rue Victor Charreton) qui contourne le Tartaret (957 m) et rejoindre directement Murol. Pas d’échauffement, c’est un petit raidard de 350 m qui mène à la Croix des Sparts (qui aurait peu être reconnue comme un col). Je bascule ensuite vers Murol avec une belle vue sur son château.

Le Château de Murol.

Je déniche la D246 qui est une jolie route champêtre qui va me faire passer par Groire. Puis je laisse Sapchat sur ma gauche et passe entre les Puys d’Eraigne (925 m) et de Beissolles (1057 m). Et oui, on est en Auvergne qui est situé sur une bonne partie du Massif central où les sommets sont d’origine volcanique et appelé puys.

Sur la D146 en direction de Sapchat.
Campagne et petits monts.

Pour l’instant, c’est facile car c’est un faux-plat descendant. Encore un Puy sur ma gauche, celui de Conche (900 m), je franchis le Ruisseau du Treuil, ne rate pas le petit carrefour qui me fait prendre la D619 et commence à grimper les pentes du Puy de Murat ou Coste Aider (952 m). Je transpire agréablement sur cette montée de 2,650 km où la déclivité ira crescendo de 3 à 6% jusqu’au petit hameau de Roussat (864 m).

Sur la D619 près de Roussat, une route très calme.

Dans  la descente, je rate l’embranchement avec la D621, mon GPS me lance une alerte alors que j’étais parti dans une nouvelle montée et me remet sur le bon itinéraire vers le Cheix. Je peux aussi apercevoir de l’autre côté de la Vallée du Couze Pavin, les Grottes de Jonas par lesquelles je dois passer lors de ma prochaine ascension.

Vue sur les Grottes de Jonas dans la descente (D621) vers le Cheix.

Col de la Feuille

Depuis le Cheix, je débute la courte et intense (mais je ne le savais pas encore) ascension du Col de la Feuille. Il faut prendre une petite route qui mène d’abord aux Grottes de Jonas. Je débute par une rapide descente jusqu’à la chapelle du village puis je commence à grimper… sans transition, la pente passe à 8% sur 335 m. Une épingle puis c’est 305 m au même tarif avec 7,5% jusqu’à une petite intersection avec une route qui mène à un petit lac.

Je prends tout droit et là ça grimpe de plus en plus fort… 405 m à 11,5% puis 385 m à… 12,5% !!! Mais j’ai une jolie récompense à l’issue de ce premier effort avec un point de vue impressionnant sur les Grottes de Jonas qui sont un habitat troglodytique creusé dans une falaise haute de 100 m et sur une longueur de 500 m. Il est composé d’environ 70 pièces aménagées dans le tuf sur cinq étages, et jusqu’au XVIIe siècle, ce village pouvait abriter 600 personnes !

Les Grottes de Jonas.
C’est un habitat troglodytique.
70 pièces aménagées sur cinq étages !

Paradoxalement, un petit village a été construit juste au pied de la falaise, il s’appelle simplement Jonas et ses habitants doivent avoir plus de confort dans leurs maisons 😉 ! Encore une épingle et la pente fait enfin relâche avec 350 m à 6,5% qui mène jusqu’au Chalet d’accueil des Grottes de Jonas (837 m) où je peux profiter d’un superbe panorama.

Mais l’ascension n’est pas terminée. J’enchaîne avec un nouvel effort de 735 m à 8,5% sur une route panoramique qui me permet d’apercevoir les Monts Dore et le Puy de Sancy. L’ascension se termine enfin avec 140 m à 1,5% où j’atteins un point culminant à 902 m d’altitude. Et c’est dans une légère descente de 805 m que je le franchis le Col de la Feuille – 880 mDepuis le Cheix, il m’a fallu compter sur 3,635 km dont 2,655 km à… 8,5%, c’est court mais l’effort a été conséquent !

Panorama depuis le Chalet d’accueil des Grottes de Jonas.
Au-dessus de Jonas, route panoramique qui permet d’apercevoir les Monts Dore et le Puy de Sancy.
Fin de l’ascension sous le regard du Pic de St-Pierre.
Dans la descente vers le Col de la Feuille, au loin, les Monts Dore.
Panneau, 870 m, IGN et Club des Cents Cols, 880 m !
Tiens, c’est moi sur la photo !
La petite descente du côté des Grottes de Jonas.
Panorama depuis le Col de la Feuille.

Super Besse

Premier objectif rempli, passons au second avec Super Besse. Je descends d’abord le versant opposé du Col de la Feuille jusqu’à Lomprat. Il est court aussi – 2,320 km – et un peu plus facile avec 730 m à 2% puis 1,590 km à 6,5%.

Je retrouve la D978 que j’avais laissée à Cheix et file vers Besse en Chandesse. Au bout de quelques hectomètres, je m’aperçois que je ne file pas tant que ça… c’est qu’il y a une pente qui accroche un peu. Durant 4,2 km, sur une route assez large, la déclivité oscille entre 4,5 et 5% avec même un max de 5,5% sur 650 m avant d’arriver à l’entrée de Besse en Chandesse.

Je serais bien tenté de faire un petit détour par la cité médiévale mais l’heure tourne… je fais au plus simple en prenant le boulevard extérieur où il faut que je m’emploie un peu avec 980 m à 6,5%. Par la même occasion, je dépasse les 1000 m d’altitude. À la sortie de la ville, l’ascension continue avec 580 m à 4,5% mais je me retrouve face à une pancarte qui m’indique route barrée. La D978 est en travaux, je passe outre, je fais mon petit hors-la-loi ha ha ha ! Et ben j’ai bien fait ! Je me suis retrouvé sur une route refaite à neuf rien que pour moi, cool ! Et ça continue de monter avec 1 km à 5% suivi d’un replat de 1,6 km à 2,5% qui me fait progresser un peu plus vite vers la fin des travaux.

Juste une petite remarque, la D978 est en fait une route à sens unique à 2 voies qui sert de route de délestage pour accéder à la Station de Super Besse. Il y a une autre route en parallèle, la D149 qui elle, est à double sens. Dommage qu’en refaisant la D978 et avec donc ces 4 voies, qu’il n’a pas été prévu une piste cyclable !

Besse en Chandesse. Au loin, le Pic de St-Pierre où se trouve le Col de la Feuille grimpé un peu plus tôt.
Une route refaite à neuf rien que pour moi !

J’enchaîne avec 1 petit kilomètre quasi plat où j’ai le loisir d’admirer une rampe infernale bien droite qui m’attend. C’est le début de la dernière partie de l’ascension vers la Station de Super Besse et en 1100 m, je dois me farcir 92 m de D+ à 8,5%. Hard mais ça ne passe pas trop mal en arrivant au rond-point à l’entrée de la station à 1285 m d’altitude.

Arrivée à l’entrée de la Station de Super Besse.
Panorama au Sud vers les Monts du Cézallier.
Station de Super Besse.

J’ai droit à une jolie récompense : quoi qu’on en dise, la Station de Super Besse n’est pas trop vilaine et s’intègre bien dans un beau paysage entre les Puys de Chambourguet et de la Perdrix, avant-postes du Puy de Sancy. Au Sud, je peux apercevoir les Monts du Cézallier, une région chère à Michel « Véloblan », avec qui j’ai roulé 2 jours plus tôt, il paraît que c’est un vrai paradis !

Col de la Geneste

Depuis Super Besse, je vais me rendre au Col de la Geneste. C’est facile, il suffit de suivre la D149 à la sortie de la station sur 3,1 km. Il faut d’abord grimper un faux-plat montant de 300 m à 2% suivi d’une petite descente – 400 m – et d’un replat de 500 m. Les 1900 derniers mètres sont un peu plus corsés avec 1 km à 4,5% et un final de 900 m à 6%. Ce jour-là, je me suis tapé un bon petit vent de face, étonnamment frais pour un 16 juillet qui m’a obligé à mettre le coupe-vent. J’atteins ainsi le Col de la Geneste à 1372 m d’altitude. Cette fois-ci, l’altitude du panneau est raccord avec le Club des Cents Cols mais pas avec IGN qui indique 1969 m. Le décor est sympa avec l’imposant Puy de Paillaret (1721 m).

Dans la montée finale du Col de la Geneste.
Un col nature comme je les aime.
Une photo myself pour dire « j’y étais » ha ha ha !
Le Puy de Paillaret surveille le Col de la Geneste.

Retour à Murol

J’avais envisagé de descendre le versant opposé et d’effectuer une boucle via Picherande mais en musardant tranquillement, l’heure a tourné et je ne dois pas rentrer trop tard au campement, ce sera donc demi-tour vers Super Besse. À Super Besse, j’en profite pour pousser jusqu’au Lac des Hermines qui n’est pas un plan d’eau comme on en voit souvent dans les stations mais un vrai lac.

Retour à Super Besse au bord du Lac des Hermines.

Je poursuis vers Besse en Chandesse. Au passage, je me fais bien plaisir dans la descente de Super Besse où j’ai atteint les 75 km/h. À l’aller comme au retour, je pensais voir le Lac Pavin mais j’ai découvert par la suite qu’il avait la particularité d’être situé dans une cuvette environ 35 mètres plus haut que la route ! C’est aussi le lac le plus profond d’Auvergne avec 92 m ! Là aussi et c’est bien dommage, pas le temps d’aller y jeter un coup d’œil.

Je ne me fais pas prier pour reprendre la D978 à « contresens » mais comme elle était fermée, aucun danger. À la sortie de Besse en Chandesse, j’emprunte la D5 qui va me ramener à Murol via St-Victor-la-Rivière. Contrairement à ce que je pensais, le retour sera facile tout en retrouvant de la chaleur. Jusqu’à St-Victor-la-Rivière, ce n’est qu’une succession de légères montées (3,5% maxi) et descentes (4% maxi). Dans un magnifique décor champêtre, je peux voir nettement au Nord le Puy de Dôme et sur ma gauche les Monts Dore et le Puy de Sancy.

Le Puy de Dôme, qui a donné son nom au département.
Avec le zoom, il n’a pas un peu des aires de Mont Ventoux ?!
Campagne en direction de St-Victor-la-Rivière.
Vue sur les Monts Dore et le Puy de Sancy.
Encore une autre vue sur les Monts Dore et le Puy de Sancy, on ne s’en lasse pas.

À partir de St-Victor-la-Rivière, je n’ai plus aucun effort à fournir jusqu’à Murol car c’est une belle descente. Dans l’autre sens, il y aurait une belle montée à faire avec 2,5 km bien soutenu avec une première partie à 6% et une seconde à 7,5%.

Murol, je profite encore une fois de la vue sur son magnifique château que je visiterais l’après-même. Au sommet des remparts, on est, mine de rien, à 1000 m d’altitude !

Histoire d’arrondir un peu le kilométrage, je me faufile je ne sais trop où et me voilà à faire un peu du gravel sur une piste pour déboucher sur le Camping du Marais situé non loin du Lac Chambon. À partir de là, je rejoins le mien en 2 coups de pédales et pour conclure cette belle sortie, je fais quelques photos du Lac Chambon et surtout de son arrière-plan magique avec les Monts Dore !

Une autre exceptionnelle avec le Château de Murol sous le Puy de Dôme !
Château de Murol, en haut de ses remparts, on est à 1000 m d’altitude !
Au bord du Lac Chambon, ma pomme et les Monts Dore.
Sympa la vue non ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.