Vosges – Sortie n°7

Col de Grosse Pierre (versant Ouest)
Col de la Vierge (versant Nord via le Lac des Corbeaux)
Chaume du Grand Ventron (versant Nord via le Lac des Corbeaux)
Côte de l’Ermitage St-Joseph

1er août / Distance 72,5 km / D+ 1259 m

Seb et moi avions décidé de profiter d’une belle journée ensoleillée (enfin) pour réaliser une belle sortie avec 4 ascensions au programme dont une grosse avec celle de la Chaume du Grand Ventron via le Col de la Vierge.

Départ, cette fois-ci en début d’après-midi pour jouir d’une température plus chaude, les matinées dans les Vosges étant généralement assez fraîches pendant ce séjour estival.

Pour la seconde fois, nous débutons par le Col de Grosse Pierre (voir sortie n°2) que nous grimpons tranquillement afin de ne pas trop gaspiller d’énergie pour la suite du programme.

Passé le Col de Grosse Pierre (954 m), nous profitons de la belle descente pour rejoindre rapidement la Bresse. Nous traversons la ville pour remonter la vallée – un faux-plat montant à 3% – qui mène aux Cols de Bramont et des Faignes.

Au hameau des Baraques, nous prenons à droite pour attaquer la montée du Col de la Vierge.D’entrée, c’est rude et il faut fournir un gros effort : 2,5 km à 9% de moyenne ! La route est très étroite mais assez ombragée, ce qui nous évite de prendre un coup de chaud. A un rythme assez régulier, nous enroulons plusieurs lacets qui nous mènent au premier point intermédiaire de cette ascension : le Lac des Corbeaux (alt. 886 m),sympathique lieu de pêche et de tourisme niché au milieu des résineux.

Après une petite pause, nous reprenons notre ascension. La pente continue encore de se dresser : 8% sur plus d’1 km puis maintient encore un bon cap à 7% durant 1,5 km. Mais mon clinomètre affichera plusieurs passages à plus de 10%… La route est toujours aussi étroite et les croisements avec les rares (heureusement) voitures sont assez serrés.

Après 7,5 km d’ascension depuis la Bresse, nous franchissons le Col de la Vierge (alt. 1066 m).Malgré l’absence de points de vue, l’endroit est assez charmant et offre un point départ pour de multiples randonnées pédestres.

Le lieu fût le théâtre de plusieurs événements qui marquèrent l’histoire de la commune de La Bresse et des Bressauds. Le premier de ces événements concerne un homme piégé par un orage très violent à cet endroit de la forêt vosgienne. Celui-ci déposa une statuette de la Vierge Marie qu’il avait implorée de lui sauver la vie. Cette statuette est toujours visible aujourd’hui, dans le creux d’un arbre. Egalement au Col de la Vierge, il y a un monument dédié aux Déportés de La Bresse vers la Haute – Marne en Novembre 1944. La population Bressaude fut évacuée vers Xoulces avant son départ pour la Haute Marne. Femmes et enfants quittèrent ainsi leur village, à pied, en pleine tempête de neige.

Du Col de la Vierge, on peut rejoindre le Col de Bramont.

Après une petite pause « barre céréale », nous reprenons notre route en direction de la Chaume du Grand Ventron.

Une légère descente (4,5% maxi) d’environ 2,5 km nous emmène au Col du Bockloch (alt. 1011 m)que nous n’avons pas vraiment franchi car il se trouve quelques mètres au-dessus de la route sur un sentier de randonnée.

C’est aussi un croisement avec notamment une route venant de Cornimont. Cette variante présente une belle montée de 12 km à 5,5% avec un beau passage de 4 km à 7% dans sa première partie.

Depuis le Col du Bockloch, nous attaquons la dernière partie de l’ascension de la Chaume du Grand Ventron : rien de bien compliqué, les jambes tournant bien pour avaler les 2 derniers kilomètres qui présentent tout de même une petite cambrure à 7% de moyenne. La route, fortement boisée, se découvre d’un seul coup sur les pentes dénudées de la Chaume du Grand Ventron à 1148 m d’altitude.

Une auberge/restaurant occupe le lieu. La vue est sublime sur la vallée de Cornimont et ses sommets environnants. En se retournant, on peut apercevoir le sommet du Grand Ventron (alt. 1204 m).

Malgré cette pause très plaisante, il nous faut repartir, il y a encore du chemin. Nous basculons sur le versant Sud. Dans la descente, très rapide, je peux constater que c’est aussi une belle ascension avec quelques grands lacets : environ 9 km depuis Ventron à 5,5% de moyenne avec des passages alternant les 5/6% et les 6/7%.

Quand la route croise avec celle du Col d’Oderen, nous prenons tout droit pour attaquer notre 3ème ascension : l’Ermitage du Frère Joseph.

C’est une courte ascension de 5,5 km, au pourcentage moyen pas trop dur : 5% avec tout de même une petite pointe à 6,5/7% au 4ème kilomètre. La montée est très agréable, ponctuée par plusieurs lacets. Gros avantage par rapport aux ascensions vosgiennes souvent boisées, c’est qu’elle offre en permanence de beaux points de vue sur la vallée et les flancs massifs du Grand Ventron.

Le dernier kilomètre fait une large boucle à gauche pour venir buter sur la petite station de l’Ermitage de Saint-Joseph (alt. 881 m). Les pistes de ski empruntent les parois assez raides du Haut du Rouge Gazon (alt. 1108 m). Une petite série d’hôtels et un vaste parking peuplent les lieux. Nous profitons d’un soleil radieux pour faire une petite pause « barres céréales ». Mais le but de la montée était de découvrir l’Ermitage en question.

Quand on ne connaît pas l’endroit, la découverte est pleine de surprise. L’Ermitage se trouve renfoncé tout au fond d’un petit pré où la nature semble avoir repris ses droits à quelques mètres des immeubles de béton ! C’est magnifique, d’autant plus que l’édifice est très bien entretenu. La chapelle érigée en 1757 est constituée de deux bâtiments acColés, classés Monuments Historiques. La chapelle à nef unique est éclairée par deux petites fenêtres latérales et fermée par une grille. Un élégant clocher ouvre sur quatre faces. On peut visiter le logement de l’ermite construit contre le mur sud de la chapelle qui comprend une entrée, une cuisine et une chambre ; il communiquait directement avec le choeur de la chapelle par une porte maintenant murée. Le tout est à même la terre battue.

Nous reprenons notre route en revenant à Ventron car l’Ermitage est un cul de sac. S’il vous faut remplir vos bidons, ne le faites surtout pas au cimetière de Ventron, l’eau est d’un trouble douteux !

Nous dévalons tranquillement les pentes communes des Cols du Ménil et d’Oderen pour atteindre Cornimont. Nous empruntons alors la Voie Verte des Hautes Vosges,aménagée sur les 55 kilomètres des anciennes voies ferrées des vallées Moselle-Moselotte.

Il faut faire un peu attention aux différents usagers (rollers, piétons, jeunes en VTT qui roulent n’importe comment) mais cela nous évite de prendre la D43 qui est assez dense au niveau de la circulation. Nous adoptons une bonne vitesse de croisière malgré pas mal de barrières de croisement et nous profitons des montagnes qui nous entourent sur un long faux-plat descendants. Il y a 2 passages très pittoresques lorsque la route se retrouve coincée entre des murs de roches !

Après avoir remontée la vallée de la Moselotte, nous quittons la Voie Verte à Vagney. Encore quelques kilomètres sur les dernières bosses de Gerbamont et nous voilà de retour à Rochesson.

Au final, une sortie magnifique ensoleillée de 72 km avec une beau 1200 mètres de dénivelé.


Le Lac des Corbeaux dans la montée du Col de la Vierge.


On peut en faire le tour à pied.


Statuette de la Vierge au Col de la Vierge.


Au Col de la Vierge, la route qui mène au Col de Bramont.


Seb s’assure que nous sommes bien au Col de la Vierge.


Une vue générale du Col de la Vierge.


Photo souvenir.


RePhoto souvenir.


Vue depuis de la Chaume du Grand Ventron.


Seb en pleine forme !


Ca roule bien aujourd’hui !


La station de l’Ermitage du Frère Joseph.


Les pistes de ski se situent sur…


… les pentes « vertes » du Haut du Rouge Gazon.


Vue sur le Grand Ventron.


L’Ermitage du Frère Joseph.


Le cadre est très sympa !


A l’intérieur.


Un petit clocher joliment ouvragé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.